Partagez | 
 

 Louka Bernett ♫ Lorsque les étoiles sont au dessus de nos têtes et qu'on rêve de les attraper.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Louka Bernett ♫ Lorsque les étoiles sont au dessus de nos têtes et qu'on rêve de les attraper.   Dim 29 Avr - 14:30


Nom prénom : Louka Bernett
Surnom : Lou, Louk’, Loulou…
Sexe : F.
Age : 18 ans
Emploi : prostituée –enfin, n’a pas officiellement « commencé le travail ».
Situation : Célibataire
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle.
Groupe : Résistants
Code : G55G05

Particularité : Depuis sa naissance, l’œil droit de Louka est invalide : elle n’a jamais pu voir de cet œil-là, et ne verra sans doute jamais. Elle porte alors un cache-œil, n’ayant jamais supporté un œil de verre.
Phobie : Elle n’aime pas les caniches –les chiens en général lui faisant peur- ni les gâteaux au yaourt. Ces derniers lui font presque horreur. Quelle idée, de mettre un yaourt dans un gâteau ! Elle a peur du goût que ça puisse avoir.

Aime : Elle adore regarder les étoiles, les planètes –même si ces dernières sont difficiles à voir à l’œil nu.
N'aime pas : Elle déteste les personnes qui montrent leur puissance et leur argent. Par conséquent, elle déteste le gouvernement.


©rédit : Panchouna
Age : 16 printemps~
Pays : France
Double compte : Nop nop~
Avatar : Chrome Dokuro – KHR !
Connexion /10 : 7/10
Comment avez-vous connu le forum : Par la magie des partenariats 8D
Commentaire : J’aime bien le contexte, le design... Du moins pour l’instant… kékékékéké


Je suis née ici, dans le globe Genesis. Mes parents étaient aussi des résistants. On peut dire que c’est eux qui m’ont transmis leurs gènes, en quelque sorte.
Mon histoire commence donc à ma naissance, un certain 11 juin. Mes parents étaient aussi pauvres qu’aujourd’hui, mais étaient heureux d’accueillir un nouveau membre à la famille Bernett. Je ne peux pas dire que je n’ai manqué de rien durant mon enfance : comme toutes les petites filles, j’avais envie d’être jolie, de m’habiller dans des robes dignes des plus belles princesses. Mais je savais bien que je n’avais pas besoin de demander cela, car même petite, je savais que je ne l’aurais pas. Je savais que mes parents avaient des difficultés pour payer, et on ne pouvait pas se permettre de petites choses inutiles. Je me montrais déjà responsable, j’étais forte. J’aimais mes parents, qui m’enseignaient ce qu’ils savaient, m’apprenaient à lire, compter. Je ne suis pas allée à l’école, mais je n’en suis pas moins intelligente, il ne faut pas croire. J’avais environs dix ans lorsque je fus surprise pour la première fois de ma vie. Ça a commencé lorsque mon père était rentré, tard le soir, et seul. Enfin, seul, mais accompagné d’une sucette à la fraise. Comment avait-il peut acheter cela ? C’était trop beau. Il m’avait dit de m’assoir sur notre canapé, ce que je fis, le fixant de mon œil valide.
« Ecoute… hum… »
Je m’en souviens comme si c’était hier. D’un seul coup, il avait l’air d’avoir pris trente ans de plus. Il paraissait aussi âgé qu’Antalis elle-même. Ses yeux profonds exprimaient la tristesse, la fatigue, mais aussi la lassitude.
« Ta mère… Ta mère ne reviendra plus avec nous. Elle… elle… »
Sur ce, il fondit en larmes. La petite fille de dix ans que j’étais alors, rassurait son père en lui murmurant des paroles incompréhensibles et douces. Je ne sus jamais ce qui était arrivé à ma mère, mais peu m’importait alors. Je n’avais jamais ouvert la sucette.

Les années passèrent depuis, et l’eau avait coulé sous les ponts. Mon père était depuis lors en dépression. Parfois, il me semblait retrouver mon père d’autre fois, mais je savais que je l’avais définitivement perdu. Moi, j’essayer de continuer ce qu’ils avaient commencé : essayer de renverser le pouvoir, faire revenir les « sauvages ».
J’avais quitté l’appartement familial et l’avais laissé dépérir. Je me sentais certes un peu coupable, de le laisser ainsi tout seul, mais je ne pouvais pas vivre avec lui éternellement. Alors j’avais pris mes cliques et mes claques et j’étais partie. Pour aller où ? Eh bien, certainement pas là où j’aurais rêvé d’aller, quand j’étais petite, mais c’était un lieu comme les autres après tout. J’habitais dans une maison close, à présent.
Je suis un petit bout de femme d’environ un mètre soixante. Il me semble qu’en vérité, je fais un mètre cinquante-neuf, mais je préfère me rajouter un centimètre de plus. Vous rendez-vous compte ! Dame Nature n’a pas voulu que j’atteigne le palier suivant. Mais qui ne triche pas de nos jours ?
On peut voir que ma chevelure n’est pas digne des plus riches. Effectivement, c’est moi qui me coupe les cheveux, un peu « à l’arrache », mais après tout, je trouve que ça ne me va pas si mal. Pour ce qui est de la couleur, c’était peu après la mort de ma mère que j’ai décidé de changer mes cheveux noir de jais contre un violet sans distinction digne de ce nom. Quoique, ça peut peut-être faire penser à la couleur de ses fleurs, que je vois dans les livres… La lavande. Je mets quelques fois un bout de tissus, un bandeau pour être précise, pour donner un semblant de coiffure. Mais je les laisse souvent tel quel lorsque je me lève, donc ne cherchez pas. Flemme de sortir la brosse. De toute façon, même si je me les brossais, j’aurais l’air d’un caniche, ce que je ne préfère pas. Je déteste ces chiens.
Venons-en à mon visage maintenant. Une fois qu’on se sera vu, vous le remarquerez surement –vous ne pourrez pas trop y échapper, en fait-, mais j’ai un cache-œil qui, comme son nom l’indique, me cache un œil. Le droit, plus exactement. Il est depuis ma naissance invalide, et depuis que je suis née, je porte soit un cache-œil donc, soit un œil de verre. Mais je déteste ces dernier, ça me donne mal à la tête, et en plus ça me donne un air de zombie. Mon œil est d’un délicieux violet presque bleu, qui s’accorde parfaitement avec ma couleur de cheveux. On m’a souvent dit que les yeux étaient la fenêtre de l’âme. Peut-être y trouverez-vous quelque chose ? Sinon… Sinon, mon visage est plutôt assez banal. Je ne pourrais pas dire que je suis jolie, j’ai plein de défauts, mais ils font partie de moi. Sans doute ai-je un petit quelque chose, peut-être dans ma manière de marcher, comme si j’étais un chat, qui fait que… Je ne sais pas. En plus je dis n’importe quoi.

Caractère -
Mon caractère est un vrai capharnaüm où personne ne peut s’y retrouver, sauf moi. Eh bien oui, il faut bien quand même, héhé. Bref. Donc, pour commencer, je peux vous dire que je peux facilement me faire discrète, autant physiquement que moralement. En fait, je me vois comme un caméléon qui, suivant avec qui il est, agira comme ci ou comme ça. Une chose me pousse à agir ainsi, et cette chose n’est autre que mon côté manipulateur. J’ai donc plusieurs facettes, allant de la douce jeune fille à la séduisante femme, jusqu’à… Allez savoir, après tout. Je peux en inventer de nouvelles chaque jour, et je suis presque sure que je ne m’en souviendrais pas de toutes.
J’ai mes moments lunatiques, ces moments-là où je m’énerve pour rien. Je peux vous gueuler dessus alors que vous n’avez fait que me dire bonjour, me demander un renseignement ou autre. Difficile à cerner la petite. Que dire d’autre sur ma manière de penser… Ah, je sais. Souvent, je m’évade, dans des pensées plus ou moins logiques, plus ou moins importantes. Dans ces cas-là, il me semble que je fixe un point, et que je ne bouge presque plus, c’est tout juste si je respire. Et bien entendu, ça peut être à n’importe quel moment. En pleine conversation, en pleine activité… Ce peut même être dangereux pour moi. Vous imaginez, si je suis… Je ne sais pas moi, pour une quelconque raison, je saute d’un mur, et là, je me mets dans ces moments-là, et PAF ! je rate mon atterrissage, me casse une jambe, trois côtes et une foulure du poignet.
Ah, aller. Je vais vous sortir une de mes qualités : je suis assez franche dans mon genre. Je ne tourne pas quatre ans autour du pot, je balance tout, comme ça, direct. Mais c’est un peu de la lâcheté, peut-être. Je ne prends pas le temps d’emballer mon petit cadeau, qui peut faire certaines fois l’effet d’une bombe, et c’est à moi de m’en mordre les doigts après.
Je suis aussi impulsive : malgré mon intelligence –on se demande parfois où elle est passée d’ailleurs-, je ne réfléchis pas et prends des décisions tête baissée. Evidemment, ce n’est pas toujours très positif sur moi. D’ailleurs, je ne pense qu’à moi. Je suis une grande égoïste, mais ce n’est pas vraiment ma faute. On m’a appris à être ainsi, à camoufler mes sentiments, et surtout, à ne pas accorder ma confiance trop vite. Lorsqu’il y a un semblant d’amitié qui apparaît entre une personne et moi, c’est parce que mon côté manipulateur m’a dit qu’il pourrait m’être utile. Il m’a chuchoté, à l’oreille : « Prend-le dans ta poche, il va peut-être pouvoir te servir, on ne sait jamais… » Alors, moi, je l’écoute.
Malgré mes nombreux défauts, il y a cependant une sensibilité dans cette petite carapace que je me forge jour après jour. J’adore les enfants. Jouer avec eux, mais aussi juste les regarder, jouer ou bien dormir. C’est peut-être l’enfance que je n’ai pas vraiment eue qui se matérialise ainsi. De plus, je ne suis pas pareille avec les enfants qu’avec les adultes. Il me semble que je suis un peu plus douce, joviale et amusante en compagnie des plus jeunes, je me laisse facilement entrainer dans leurs jeux, tandis que le sérieux des adultes fait parfois vraiment peur.
Puisses-tu m’apprécier comme je suis… Ne trouves-tu pas que cette formulation fait très cataclysme ? J’ai oublié de dire cela, tiens. Peut-être découvriras-tu mon petit côté loufoque, et peut-être, je dis bien peut-être, que je te donnerais la clé de mes pensées… Héhéhé.


Test RP : Que penses-tu du dôme ?
Ce que je pense du dome… Vous voulez me faire arrêter pour haute trahison, comme dans les mauvais livres et mauvais livres ? Si tel est le cas, je me ferais un plaisir de me livrer corps et âme à vous…
Je pense que le dome n’est qu’en fait un gros canular. En fait, je me demande s’ils n’ont pas fait exprès de polluer la Terre pour nous mettre dans des bulles, puis de couper les communications entre les autres domes. Quelle explication donner sinon, à ce que celles-ci ne se soient jamais remises à leur état d’origine ? D’après ce que j’ai lu, –eh oui, je lis pas mal, comme vous pouvez le constater- les domes étaient censés rester connectés entre eux pour décider de ce qu’adviendrait du monde. Je pense que notre dome a voulu arrêté les communications exprès. Je pense que le gouvernement ne voulait pas quitter sa place, et qu’il voulait imposer une sorte de dictature ou je ne sais quoi. Je me sens enfermée ici. Et les « sauvages » ! N’est-ce pas une autre preuve de ce que j’avance ? Il devrait les laisser entrer dans le dome. De plus, si il y a des gens vivant à l’extérieur, cela veut dire que l’air est respirable, et qu’on y trouve à manger, de l’eau. Pourquoi ne pas abattre les remparts ?
Ce que j’aimerais… Ce serait d’essayer de revenir à l’époque où la Terre allait un peu près bien. L’époque où on n’était pas enfermés, et où les gens ne se faisaient pas tués à cause de la surpopulation. D’ailleurs, comment les choisissaient-ils ? A mon humble avis, ils devaient éliminer les plus dangereux pour eux en premier, suivis des plus pauvres, pour qu’il ne reste que les personnes leur étant utiles. Penser à ce que ce gouvernement fait me donnerait presque envie de vomir. Mais ce serait du gaspillage.
D’ailleurs, qui sait ce qu’ils leur font ? J’en ai froid dans le dos rien que d’y penser. Je les crois capable de toutes les horreurs, et qui sait si demain ce ne sera pas mon tour ? Mais surtout, qui sait ce qu’ils feront demain ? Peut-être ouvriront-ils les yeux, et en même temps les remparts pour laisser les gens sortir du dome et aller vagabonder dans les terres presque inhabitées que Dame Nature a repris aux humains ? Non, je n’y crois pas. S’ils avaient l’intention de le faire, ils l’auraient fait depuis longtemps je pense. Il est trop tard à l’heure qu’il est. Il ne reste plus qu’à attendre, et se bouger le cul pour faire changer les choses.


Revenir en haut Aller en bas
Leo McLeay
XY VG58U 04A
avatar


♕ Messages : 154
♕ Immunités : 126
♕ Date d'inscription : 10/04/2012
☆ Sexe : Masculin
☆ Métier : Marchand d'armes
☆ Logement : Soul Rebel
☼ Situation : Célibataire

MessageSujet: Re: Louka Bernett ♫ Lorsque les étoiles sont au dessus de nos têtes et qu'on rêve de les attraper.   Dim 29 Avr - 17:37

Bienvenue, bienvenue à toi, jeune résistante ! 8D

Ta matricule est XX VG58U 27A

Sur ceux, je n'ai rien à dire et te valide en tant que ma prostitué 8D /PAN/
Nan, nan, je blague °°

N'oublie pas de faire ta demande d'habitation et de rp ! Ainsi que de remplir ton profil !
Et surtout amuse-toi bien sur le forum ! :)

Babye.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Louka Bernett ♫ Lorsque les étoiles sont au dessus de nos têtes et qu'on rêve de les attraper.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Genesis :: Genese :: Requiem-