Partagez | 
 

  ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 5 Mai - 14:12


❝D
ans ce monde étrange qu'est le dôme avec un coin de verdure semblant naturel est rare et le parc est le seul et unique endroit où tu peux avoir ton coin d'herbe tranquille et pouvoir respirer à plein poumon. Tu lèves les yeux sur ce qui sert de ciel et tu regardes dans le vide en attendant comme cela une ou deux minutes pour ne rien faire, sans penser, ni parler, tu es presque morte et sans vie, tu attends tout simplement quelque chose, mais quoi, tu ne le sais pas. C'est ainsi. Lorsque tu rabaissas la tête, tu relevas quelque peu la manche de ton pull de laine blanche pour regarder l'heure qui était inscrite sur ta fine montre d'or, tu observais les aiguilles bouger lentement, trottant dans une danse spécial pour t'afficher à tes yeux qu'il était dix heures du matin, bientôt la grande horloge du dôme sonnerait la nouvelle heure, tapant dix légers coups à quelques secondes d'intervalles. Tu rebaissas rapidement ta manche lorsque tu sus quelle heure il était et tu glissas une mèche derrière ton oreille, lissant au passage ta chevelure d'albinos, tu n'avais pas tes chiens de garde avec toi et ceci était une chose rare, tu en profitais pour faire le plus de choses en cette courte journée, mais pour autant tu devais tout de même faire attention à toi, car tu ne voulais pas encore t'attirer des problèmes, comme un vole ou bien pire, c'est pour cela que tu avais pris une bombe de poivre et un sérum paralysant dans ton sac à main, juste une question de sécurité. Pour autant tu devrais arrêter de touche compulsivement ce même sac c'est assez suspect et malsain, mais c'est comme ça, tu ne te sens pas tellement en sécurité, mais tu ne veux pas céder à l'agoraphobie.

Tu avances lentement, observant à droite et à gauche souriant devant les visages heureux des enfants qui jouent, alors que toi tu n'avais pas eu cette chance, tu baisses lentement les yeux et tu regardes tes pieds hauts perchés sur des escarpins beaucoup trop hauts et tu regardes précisément où tu mets les pieds, comptant dans ta tête les dalles qui parcourent le sol. Tu t'amuses comme une petite fille à marcher en ligne droite, tel une funambule. Tu faisais bien attention à ne pas mordre un fil imaginaire, mais tu en avais rapidement marre de ce jeu d'esprit et d'habilité. A la place tu recommençais à marcher normalement, pour rejoindre un banc dans un petit coin d'herbe fraichement couper, tu aimerais bien y marcher pieds nus, mais ceci ne se fait pas, alors à la place tu accélères le pas et tu rejoints rapidement se dit banc et tu t'y installes sans broncher. Tu poses ton sac en cuir juste à côté de toi, croissant les jambes, tu commences à farfouiller dedans, penchant la tête à la recherche d'une bouteille d'eau, mais dans grand sac la moindre des petites choses se perd trop rapidement. C'est ainsi que tu n'avais pas vu la personne qui était venue s'asseoir à tes côtés, relevant uniquement la tête après quelque seconde pour découvrir la dite âme humaine qui était à tes côtés.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 5 Mai - 15:53

Le matin, je n’ai rien à faire. C’est le moment de la journée que j’aime le moins. Le matin, les gens restent chez eux parce qu’ils dorment, ou qu’ils n’ont tout simplement pas envie de sortir. Sauf que moi, je n’arrivais pas à dormir depuis la veille au soir. Une personne comme moi, qui aime dormir le plus possible, se sent frustré lorsqu’il reste insomniaque toute une nuit. J’aurais pu regarder les étoiles par la fenêtre, comme à mon habitude dans ces moments-là, mais curieusement, je n’en avais aucune envie. Il me restait ce qu’il me semblait une infinité d’heures à tuer avant de rentrer chez moi pour me changer et aller à la Maison Close. J’avais donc décidé d’aller me promener dans le dôme, pour trouver de quoi m’occuper.

Vêtue de manière simple, avec un vieux jean et un tee-shirt délavé, accompagné de basket, je marchais en regardant tantôt devant moi, tantôt le ciel jusqu’à ce que le soleil me brûle presque l’œil, et je ne vis plus que des petits points blancs et recommence à regarder devant moi. Le temps passait lentement. Ça devait faire plus d’une heure que je déambulais dans les rues, cherchant désespérément quelque chose à faire. Me vint alors l’idée d’aller me balader dans le parc, et regarder les enfants s’amuser, innocents. Je marchais donc en direction de ce lieu, réfléchissant à tout et à rien. Je repensais pas mal à mon enfance, qui semblait avoir été écrite pour moi seule, sans que d’autres personnes interviennent. J’avais connu alors seulement mes parents, et quelques personnes qui venaient chez nous, pour faire je ne sais quoi. Ce fut juste à la mort de ma mère que j’avais appris à être avec des gens, et plus je rencontrais de monde, plus ces personnes-là me fascinaient. Je vis enfin les arbres du parc, me disant que j’étais presque à destination.

En entrant dans le parc, je regardais les gens, comme à mon habitude. Je les observais, pour voir si j’en reconnaissais certains, ce qui n’était pour l’instant pas le cas. Je voyais les enfants s’amuser, tandis que leurs parents discutaient entre eux tout en jetant de temps à autre quelques coups d’œil en direction de leur progéniture. De vieilles personnes, assises sur un banc, regardaient les branches des arbres bougeant au gré du vent. Mais aussi de plus jeunes. Tout en marchant, je distinguais non loin de moi un banc vide, qui me semblait parfait pour poser mon derrière et me prélasser un moment au soleil. Je pressais le pas, comme une gamine qui ne veut pas qu’on ne lui pique sa place. Sauf qu’une fois arrivée, c’est bien ce qu’il s’était produit. Quelqu’un avait piqué ma place. Je restais un moment debout, sans savoir quoi faire. J’y allais, j’y allais pas ? Il fallait que je me décide. La jeune fille sur le banc n’avait pas semblé me remarquer. Je me repris vite et avançais tout en concentrant mon regard sur la place vide à côté d’elle. Je m’y assis bien tranquillement, alors qu’elle était en train de chercher je ne sais quoi dans son sac. Je me mis à mon aise, renversant ma tête vers le ciel pour regarder les nuages se bousculer. Lorsque je sentis qu’on me regardais, je m’assis normalement, regardant mon interlocutrice.

« Quoi ? Tu attendais quelqu’un peut-être ? »

Je n’allais pas laisser ma place si facilement. Si elle la voulait pour elle, elle allait devoir se battre corps et âme avec moi. Bien sûr, nous n’allions certainement pas nous battre, mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 5 Mai - 16:52


❝T
u étais assise les jambes croisées et le regard perdu dans l'ouverture béante de ton sac, à la recherche d'une vulgaire bouteille d'eau. Malheureusement tu n'étais pas seule sur le banc, très rapidement une pression sur le bois dur venait de changer, quelqu'un venait de s'asseoir à côté de toi, tu levais les yeux pour y voir une jeune femme rachitique et minuscule, aussi petite que toi et aussi mince, mais sa chevelure violette différait de la tienne et puis son oeil étrange sous un bandeau, tu l'observais longuement, trop, que ceci commençais à devenir presque insultant pour quiconque. La jeune femme venait de renverser la tête en arrière, la laissant pendre mollement et dandinant légèrement de quelques millimètres d'avant en arrière, ainsi de suite comme si elle jouait une vulgaire et entrainante mélodie avec sa tête. Très rapidement elle s'était rendu compte que tu l'observais vulgairement et elle se rassit normalement. « Quoi ? Tu attendais quelqu'un peut-être ? » Te questionna-t-elle d'un ton virulant et glaciale. Blessée dans ton orgueil le plus profond tu reculas vivement de ta place assise, décroissant beaucoup trop rapidement tes jambes, laissant ton pied qui se trouvait au-dessus se tordre sur lui-même. Te laissant ainsi émettre un sifflement entre les dents strident, malgré le fait qu'il soit silencieux. Quelque peu déboussolé par la réaction de la jeune femme envahissante , tu seras l'anse de ton sac fortement, laissant tes jointures se blanchir dangereusement sous tes doigts rachitiques. « Non, non.... » Murmuras-tu en bafouillant en reprochant ton sac contre toi, tu étais à deux doigts de le presser contre coeur comme une vulgaire enfant, mais tu ne le fis pas.

Non, à la place tu pris appuie sur tes paumes de mains moite et tu asseyais tant bien que mal normalement sur le banc. Décroissant ce coup-ci normalement tes jambes afin de les avoir bien à plat, mais tu ne pu t'empêcher de siffler ce coup-ci fortement, crachant presque un venin invisible sous la douleur aiguë que te lanciner ta cheville compresser dans tes escarpins. « Ce n'est pas vrai.... » Sifflas-tu dans un murmure de mécontentement à toi-même. Un coup de chaud s'empara de toi, tu passas rapidement ta main sur tes cheveux libres et tu ramenas tout contre ta poitrine ton genou où plus bas se trouvait ta cheville blessée et très rapidement tu t'empressas d'enlever ta chaussure, la laissant retomber mollement sur le sol. « Je ne comprends vraiment pas pourquoi vous m'avez attaqué verbalement à l'instant mademoiselle, certes il était très impolie de ma part de vous avoir observé de cette façon, mais ce n'est pas non plus une raison de déverser tout votre venin sur moi. » L'informas-tu en massant longuement ta cheville dont le pou battait à toute allure, brulant presque sous ta peau moite, tu avais l'impression bientôt qu'une dizaine de petites aiguilles te transpercer la peau sous chaque pulsation, mais depuis l'agression verbal de la fille aux cheveux violet, tu n'avais plus osé la regarder en face, droit dans les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 5 Mai - 18:05

Je l’observais à mon tour, maintenant. De bas en haut, comme je le faisais avec la plupart des gens, qu’ils soient d’accord ou pas. Je savais que je faisais exactement ce que cette jeune fille aux cheveux blancs malgré son jeune âge. Je remarquais cependant ses yeux rougis, ainsi que quelques reflets rosés dans sa chevelure. J’avais entendu parler de personnes ainsi, qui n’avaient pas assez de pigmentation pour colorer leurs cheveux, tandis que leurs yeux prenaient la couleur de la rétine, rougie par le sang. Voilà qui éveillait ma curiosité : il faudrait que je fasse des recherches sur cela. Il me semblait que je l’avais choquée, voir blessée à parler comme ça. Bah, elle s’en remettra. Il fallait bien qu’elle prenne l’habitude de se faire parler ainsi si elle ne savait pas répondre. Mon regard glissa lentement vers ses mains, serrant son sac comme si c’était une bouée à laquelle elle pouvait se raccrocher pour ne pas sombrer. Que pouvait-il bien y avoir là-dedans ? Elle avait peur être peur que je lui vole ce qu’il contenait. Mais le vol n’était pas mon truc, loin de là. Mais après tout, je ne devais pas avoir l’air de quelqu’un à qui faire confiance. C’est d’ailleurs pour cela que je ne me faisais pas confiance moi-même : je me trahissais toujours.

C’est alors qu’un bruit strident me fit sursauter. Je cherchais l’auteur de ce bruit avant de remarquer que c’était mon interlocutrice qui souffrait, visiblement à cause de ses chaussures. Je ne comprendrais jamais les gens qui mettaient des chaussures qui leur faisaient mal, alors qu’on était tellement bien dans une paire de basket. Je l’observais se masser la cheville, presque au point d’être hypnotisée par le mouvement. Dans un mouvement mécanique, je me penchais pour ramasser l’escarpin du bout des doigts, comme si ça pouvait brûler juste par le toucher, avant de m’adosser de nouveau contre le bois du banc. Je me mis à l’observer sous toutes les coutures, cherchant quelque chose, un indice me permettant de découvrir le pourquoi du comment de ma question muette. Je finis par le reposer doucement sur le banc entre nous deux, comme une délimitation, quand elle me parla vraiment depuis que je m’étais assise là. « Je ne comprends vraiment pas pourquoi vous m'avez attaqué verbalement à l'instant mademoiselle, certes il était très impolie de ma part de vous avoir observé de cette façon, mais ce n'est pas non plus une raison de déverser tout votre venin sur moi. » Je l’observais avec une pointe de malice et d’amusement dans le regard. Elle, elle ne me regardait toujours pas, s’attendant certainement à ce que je lui aboie après à l’instant où elle reposera les yeux sur moi. Cependant, je ne savais pas pour autant lui répondre. J’étais mal lunée à cause de la fatigue, sans doute, mais je n’avais aucunement le droit de lui avoir parlé comme ça. Je haussais les épaules, autant pour elle que pour moi. Je ne pensais pas que mon débat intérieur se voyait, mais je devais m’être mise à fixer un point, comme à mon habitude. Je finis par lui répondre, cependant, sur un ton un peu plus calme que précédemment. « Désolée. C’est… La fatigue. » Elle devait penser que c’était une bien bête excuse, mais c’était pourtant la vérité. Elle devrait bien s’en contenter. Je me penchais en avant, mes coudes sur mes genoux pour me retenir, et observais de nouveau la petite chaussure vide. « Pourquoi mettez-vous une chose pareille si ça vous fait mal ? » Pour une raison qui m’échappe encore, je m’étais mise à la vouvoyer. Peut-être parce qu’elle le faisait aussi, et que je voulais me rattraper de m’être comportée de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 5 Mai - 19:31


❝A
lors, que tu t'attelais à ta tâche, soit en gros à te masser compulsivement la cheville, tu lui avais presque sommer de t'expliquer la raison du pourquoi de son comportement, tu attendais une quelconque réponse, grimaçant de temps à autre lorsque ta main passée un bout de peau qui commençait à devenir violet. Comme tu avais la tête baissée, tu avais remarqué que ton interlocutrice venait de se pencher en avant pour ramasser ton escarpin qui jonchait nonchalament le sol. La suivant du regard, tu la vis prendre la chaussure et la poser entre vous deux, sur le banc en bois, comme pour marquer une barrière de sécurité. Alors, que tu recommençais à l'observer du coin des yeux, la jeune fille à la chevelure violette quand à elle t'observait sans vergogne pour te regarder sous toutes les coutures, comme si tu étais une bête de foire. Rougissant quelque peu lorsque le regard de la jeune femme devenait lourd et pesant, ne comprenant pas pourquoi elle venait de hausser les épaules avant de poser son regard dans le vide. « Désolée. C'est... La fatigue. » T'informa-t-elle d'un ton plus calme, tu profitais cette courte alcamie pour reposer ton pied sur le sol, passant une main sur ta nuque pour glisser tes cheveux sur le côté, laissant cette drôle matière te chatouiller le cou. « Hum... Qui n'est pas fatigué, pourtant ce n'est pas une raison de céder à ses pulsions.... » Parlas-tu comme dans l'un des nombreux discours de ton père.

Alors que tu laissais ta jambe gigotait lentement sans bouger ta cheville, tu mordillais ta lèvre inférieure comme si ce simple petit geste allait supprimer cette étrange douleur, que tu n'avais pas connu depuis belle lurette. Farfouillant à l'aveuglette une nouvelle fois dans ton sac à main tu tâtonnas à la recherche de ta bouteille d'eau, laissant ton regard vagabond se poser sur la fille aux cheveux violet, tu la regardais poser ses coudes sur ses genoux en se penchant en avant pour loucher sur la chaussure à haut talon. « Pourquoi mettez-vous une chose pareille si ça vous fait mal ? » Te questionna-t-elle en parlant légèrement bizarrement, certainement dû au fait qu'elle avait la mâchoire posée sur ses paumes de mains, ce n' était pas le meilleur moyen pour parler en articulant parfaitement bien. Face à sa drôle de réaction tu ne pus t'empêcher de rire un peu en chevrotant légèrement, juste avant de plaquer ta main contre ta bouche pour faire taire se rire sonore et peu convenable à une dame de ton rang. « Excuser-moi, c'est juste que c'est bien bien la première fois que quelqu'un me fait cette drôle de réflexion, c'est juste qu'il est tout à fait normal pour moi de porter ce genre de chaussure, mais au fil du temps on apprend à marcher avec et on même plus mal, c'est juste que je me suis retrouvée quelque peu surprise par comportement et j'ai mal reposé mon pied sur le sol, mais c'est une chose qui arrive... » Parlas-tu dans un long laïus presque inutile, ton interlocutrice n'avait pas besoin de savoir ce genre de choses après tout, mais c'était trop tard. Pendant que tu parlais tu avais réussi à trouver ta bouteille d'eau et tu la sorties de ton sac.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Dim 6 Mai - 13:44

Je ne savais pas quoi faire. Même en compagnie de la demoiselle, je m’ennuyais pas mal. Dans un geste que j’espérais discret, je regardais l’heure à mon poignet. Ma montre n’était qu’une breloque, et prenait toujours trente minutes de retard. J’avais beau la mettre à l’heure sans cesse, elle se débrouillait pour toujours retarder. Quelle étrange chose que la technologie, je vous jure. Il était, pour moi, dix heures cinq, ce qui signifiait qu’on était un peu près dix heures et trente-cinq minutes. Cela faisait une bonne demi-heure que j’étais arrivée dans le parc, et je n’avais rien fait. Mais peut-être que je pourrais parler encore à la jeune albinos pour ensuite inventer une excuse et me sauver. Mais après tout, je n’avais nulle part où aller, alors autant rester là. « Hum... Qui n'est pas fatigué, pourtant ce n'est pas une raison de céder à ses pulsions.... » Sa remarque me fit hausser les sourcils. Cela se voyait qu’elle ne me connaissait pas. Je me trouvais d’ailleurs bien calme pour l’instant, contrairement à d’habitude. Je ne lui répondis pas, ne trouvant aucun intérêt de commencer un débat inutile et inintéressant, autant pour moi que pour elle. Je doutais fort qu’elle s’intéresse un tant soit peu à quoi que ce soit sur moi, d’ailleurs. Enfin bref.

Je l’écoutais rire. Un rire à peine retenu, presque un rire d’enfant moqueur. Je me redressais, un peu intriguée et vexée par ce brusque changement. Se moquait-elle, ou la faisais-je juste rire sans vraiment le vouloir ? Un peu mal à l’aise, je m’adossais de nouveau au banc, croisant les jambes. Je ne me sentais pas si bien que cela dans ce parc. A bien regarder, les arbres, l’herbe, tout était faux. C’était pour cela aussi qu’on l’appelait le parc artificiel. J’avais l’impression d’être une souris de laboratoire, dans une cage décorée comme son environnement naturel, mais trop parfait. Plus j’observais le dôme, plus il me semblait avoir raison de le détester ainsi. De nouveau perdue dans mes pensées, j’en avais presque oublié ma voisine. « Excuser-moi, c'est juste que c'est bien la première fois que quelqu'un me fait cette drôle de réflexion, c'est juste qu'il est tout à fait normal pour moi de porter ce genre de chaussure, mais au fil du temps on apprend à marcher avec et on même plus mal, c'est juste que je me suis retrouvée quelque peu surprise par comportement et j'ai mal reposé mon pied sur le sol, mais c'est une chose qui arrive... » Tout à fait normal ? Je regardais mes baskets usées par de longues marches dans les rues goudronnées. Ça me paraissait tout à fait normal de se balader avec des baskets. En revanche, les escarpins, je les utilisais juste pour le travail. Et encore, je ne les mettais pas longtemps. Juste le temps d’attendre un client, et une fois que ça allait commencer, je les enlevais. C’était juste un accessoire, pour moi. Mes baskets, c’était… Eh bien, c’était quelque chose que je n’échangerais pas, à part pour une autre paire à l’occasion. « Oui, c’est une chose qui arrive… », répétai-je, juste pour donner l’impression que je suivais la conversation. Vite, je cherchais un sujet de conversation banal, pour échanger quelques mots simples. « Il fait beau aujourd’hui… » Bien sûr Lou’, parle du beau temps. Un temps faux, tout aussi faux que l’herbe sous tes pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Dim 6 Mai - 15:44


❝C
ertes tu n'avais pas tellement été diplomate avec la jeune femme qui se tenait à tes côtés, mais elle était quelque peu étrange ou bien c'était toi qui l'était. Alors, que tu regardais ton pied commençant à enfler de plus en plus tu ne daignas pas regarder dans la direction de ton interlocutrice, la laissant s'étendre comme une carpette sur le banc en bois. « Oui, c'est une chose qui arrive... » Te parlait-elle dans le vide pour dire de dire quelque chose, interloquer quelque peu par sa drôle de réaction, tu arquas un sourcil et tu débouchas ta bouteille fraiche pour la coller contre ton pied, te laissant siffler silencieusement entre tes dents. Tu regardais ta peau translucide violacer quelque peu, gonflant légèrement, tu serais dans de beaux draps pour rentrer dans la demeure familiale après ta petite escapade dans le parc. A la fin tu n'auras pas juste gagner qu'une belle cheville foulée, ce qui ne tombe pas si mal en ce moment de l'année, mais bon c'est assez casse pied. Au lieu de boire l'intérieur du précieux liquide dans la bouteille en plastique recyclé, tu déversas environ un tiers du contenu sur ta cheville blessée pour dire de soulager un peu ce feu qui battait si fort à cet endroit, mais quelque peu en vain, car très vite l'effet escompter s'estompa tout comme ta douleur qui est juste fugace.

Alors, que tu rebouchais ta bouteille d'eau et que posais ton pied au sol en grimaçant longuement, tu tournas la tête vers la jeune fille regardant ses basket comme une enfant qui s'ennuyait quelque peu. « Il fait beau aujourd'hui... » Te questionna-t-elle pour parler de tout et de rien, enfin surtout de rien là, mais machinalement tu levas la tête vers le ciel pour observer la voute du dôme, laissant transparaitre un faible soleil et d'épais nuage. « Pour peu de temps malheureusement, le conseil météorologique à décider de nous offrir un beau orage jusqu'à la fin de la semaine, pour rétablir les pressions atmosphériques. » Parlas-tu un peu comme ton père, alors que tu rangeais ta bouteille d'eau dans ton sac à main pour relever encore une fois la manche de ton pull pour regarder l'heure qu'inscrivait ta montre en or. « Dans dix minutes pour être précise, mais bon je ne crois pas que ceci peut vous intéresser, n'est-ce pas mademoiselle ? » L'informas-tu presque froidement, ce qui n'était pas à ton habitude et ce qui te faisais froid dans le dos. Replaçant une mèche de cheveux derrière ton oreille, tu essayas tant bien que mal de te relever du banc, mais en vain. Très rapidement, tu n'arrivais pas à tenir sur tes pieds et tu retombas lourdement sur tes fesses, te laissant siffler bruyamment. « Ce n'est pas vrai, je n'ai pas non plus envie de me prendre la pluie ! » Rallas-tu contre toi-même en parlant presque à ta cheville en te remontant sur le bord du banc pour poser tes fesses sur l'extrémité du ban en bois.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Mer 9 Mai - 15:01

L’ombre d’une humeur peut apparaître et disparaître comme un nuage dans le ciel. On ne le voit que lorsqu’on sent des goutes sur nous, et qu’il est déjà trop tard. Là par exemple, je me sentais étrangement sereine et calme, alors que ça se voyait qu’elle respirait la richesse. « Pour peu de temps malheureusement, le conseil météorologique à décider de nous offrir un beau orage jusqu'à la fin de la semaine, pour rétablir les pressions atmosphériques. » Voilà qui était une bonne nouvelle. Enfin de la pluie. Aussi bizarre que cela puisse paraître, j’adore la pluie. Sentir cette forte odeur de goudron mouillé, sentir sur ma peau le liquide rouler doucement. J’aime aussi voir les gens qui se pressent pour filer entre les gouttes pour ne pas se faire mouiller. Je ne connais personne qui aime la pluie autant que moi, mais ça me convient : j’aime que les gens ne m’identifient pas à leurs connaissances. Un regard vers le ciel m’avertit qu’elle avait effectivement raison. De bons gros nuages noirs apparaissaient déjà, pour mon plus grand plaisir paraissait-il. « Eh bien, c’est pas plus mal finalement. » Mais ça ne semblait pas être l’avis de la miss à côté de moi. Elle rangeait déjà sa bouteille d’eau, et s’apprêtait surement à partir. « Dans dix minutes pour être précise, mais bon je ne crois pas que ceci peut vous intéresser, n'est-ce pas mademoiselle ?» Je haussais les épaules. Je comptais rester là de toute manière, donc elle m’avait appris qu’il me faudrait patienter dix minutes. Je l’observais du coin de l’œil : elle semblait en mauvaise posture pour partir. Sa cheville devait lui faire énormément mal si elle ne pouvait pas se lever, ou alors elle était extrêmement douillette. Je me tournais vers elle pour lui faire face. « Vous habitez loin ? Je pourrais essayer de vous aider sinon. » Mais d’où me venait cet élan soudain de générosité ? Elle ne semblait d’ailleurs pas m’apprécier, mais je ne pouvais pas le lui reprocher.

Quoi qu’il en soit, je n’allais pas rentrer chez moi. Si je l’aidais, je pourrais toujours aller marcher dans les rues, vagabonder comme à mon habitude, jusqu’à ce que je sois trempée et qu’il ne me reste plus qu’à rentrer. Mais sinon, je resterais là, à observer les gens s’activer sous leur journal dans un effort vain pour ne pas se faire mouiller, les femmes pester à cause de l’humidité qui anéantissait leur brushing. C’était un passe-temps dont je ne me lassais pas. C’était toujours amusant après tout. Ne vous est-il jamais arrivé de faire comme moi ? Sans trainer dans les rues, non mais même de votre fenêtre, vous disant que vous avez de la chance d’être au chaud, alors que ces pauvres malheureux en bas doivent bien se peler les os. « Vous pourriez rester ici aussi. » lui proposai-je, un peu surprise par moi-même. C’était la énième fois aujourd’hui, et ce avec la même personne. Que me prenait-il ? J’avais l’impression de ne plus me connaître, et j’espérais que ça allait bientôt cesser, car ça commençait à me courir sur le haricot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Mer 9 Mai - 16:33


❝T
u n'étais plus que la moitié de toi-même, ainsi tu commençais à perdre petit à petit ta maigre dignité, ce qui ne devait pas avoir lieu avec ton statu, mais voilà ce qui arrive quand tu es quelque peu handicapé. Ainsi tu venais de retomber lourdement sur le banc, alors que la jeune femme aux chaussures plates et à la chevelure violette venait de ce poster devant toi. « Vous habitez loin ? Je pourrais essayer de vous aider sinon. » Te demanda-t-elle en regardant ta cheville foulé, inconsciemment, tu t'abaissas pour enlever ta deuxième chaussure et tu fourrais les deux dans ton grand sac, avant de le glisser sur ton épaule. « Un peu d'aide ne serait ça ne serait pas de refus... Mademoiselle ? » La remercias-tu d'une petite voix en baissant la tête, un peu rouge de honte, pourtant dans ton esprit quelque peu embrouillé, une idée vive comme l'éclair te traversa l'esprit. Tu ne pouvais pas te permettre de révéler ton identité comme cela au premier inconnu qui vient. On ne sait jamais ce qui pourrait arriver, c'était pour ça que tu avais aussi pris une bombe de poivre dans ton sac, quelque peu paniqué tu commençais à te mordiller la lèvre inférieure et tu serais fortement tes petits poings, laissant tes jointures blanchir sous la pression. Pourtant, tu ne voulais pas être trempé comme un vulgaire poisson dans son bassin, tu préférais prendre une douche ou un bain, mais pas que tes vêtements soient trempé et qu'ils te collent à la peau.

Alors, que tu réfléchissais longuement au pour et au contre sur le fait de dire que tu habitais dans l'une des plus luxuriante maison de Genesis, tu secouais la tête de droite à gauche au fil de tes idées stupides, ainsi pendant quelques longues secondes tu réfléchissais dans le vide dans l'attente d'une idée miraculeuse. « Vous pourriez rester ici aussi. » Te proposa-t-elle après ton long silence, l'intervention de la jeune inconnue t'obligeais à relever la tête vive comme pour marquer ton air de surprise, tu relâchas toutes les pressions que tu effectuais sur ton corps pour ouvrir la bouche grande ouverte. « Non, non, je préférais éviter en tout point, en plus de ma cheville, je n'ai pas non plus envie de m'attraper une pneumonie, oui en effet j'habite près d'ici dans le quartier riche à la périphérie nord de l'ambassade, mais vous n'êtes pas obligée d'aller jusque là-bas, aller dans l'endroit le plus proche abrité de la pluie est on ne peut plus suffisant, je ne voudrais pas non plus vous déranger. » T'expliquas-tu doucement en secouant légèrement la tête un peu dans tous les sens, pour montrer tes différentes réponses en opposition l'une de l'autre. Tu t'avançais à nouveau sur l'extrémité du banc, mais cette fois-ci tu espérais que tu allais pouvoir enfin marcher et te mettre à l'abri de la pluie qui était prévue dans le bulletin météo. « Si vous voulez toujours bien m'aider mademoiselle, je vous en serais reconnaissante. Je me présente Olympe Aryens. » Parlas-tu tout aussi lentement en tendant la main vers ton interlocutrice pour te présenter poliment, en un cours instant tu oubliais totalement le fait que tu venais de dire ton vrai nom, le nom des Aryens, connue pour être depuis des décénnies ministres de la santé de père en fils et que toi tu étais une fille seulement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 12 Mai - 13:54

J’entendais déjà le tonnerre gronder. Il ne restait plus qu’environs cinq petites minutes avant que l’orage ne nous tombe dessus. Les gens qui avaient eu la bonne idée de regarder « Genesis Meteo » profitaient jusqu’au dernier moment de l’air frais, qui commençait à se remplir d’humidité. « Un peu d'aide ne serait ça ne serait pas de refus... Mademoiselle ? » Je l’observais, cherchant comment on pourrait se débrouiller pour se déplacer sans que ça lui fasse un mal de chien. Tout en réfléchissant, j’entendais les différents sons autour de moi : les pas des gens qui se précipitaient, les enfants qui ne voulaient pas sortir du parc, les parents qui essayaient de les amadouer. Je ne pouvais pas la porter, avec la force surhumaine que j’avais. Je soupirais, attendant de voir si elle avait une solution. « Non, non, je préférais éviter en tout point, en plus de ma cheville, je n'ai pas non plus envie de m'attraper une pneumonie, oui en effet j'habite près d'ici dans le quartier riche à la périphérie nord de l'ambassade, mais vous n'êtes pas obligée d'aller jusque là-bas, aller dans l'endroit le plus proche abrité de la pluie est on ne peut plus suffisant, je ne voudrais pas non plus vous déranger. Si vous voulez toujours bien m'aider mademoiselle, je vous en serais reconnaissante. » Bon, au moins, j’étais fixée. Elle ne partageait pas mon amour pour la pluie, elle non plus. Après tout, je m’en fichais, c’était juste une manière de détourner ma proposition. Très élégant, je sais. Je plissais les yeux, et la détaillais de nouveau. Je me demandais pourquoi je n’y avais pas fait attention avant, mais c’était évident qu’elle venait du quartier riche. J’avais très envie de me carapater en courant, mais je n’avais plus le choix à présent. Je soupirais et m’approchais d’elle.

Je m’apprêtais à l’aider en mettant un de ses bras autour de mes épaules, pour essayer de la porter, lorsqu’elle reprit la parole. « Je me présente Olympe Aryens. » Je connaissais de nom la famille Aryens. Enfin, c’était vite dit. Je savais seulement que pas mal de membres de leur famille avaient travaillé dans la santé ou je ne sais quoi, et qu’ils étaient riches. Je fronçais les sourcils. Décidément, je commençais à en avoir ras-le-bol de mon côté gentil. « Hum, très bien. » J’étais redevenue sèche et distante. J’en avais marre de ces riches qui ne pouvaient pas se débrouiller alors qu’ils étaient pleins aux as, alors que des gens comme moi arrivent à survivre tant bien que mal. Ça me révoltait. Mais bon, je ne pouvais pas la laisser là, en plan, ce ne serait pas digne de ce que m’avaient appris mes parents. Alors, je pris sur moi. « Mets ton bras autour de mes épaules. Je t’emmène sous l’arcade, là-bas. » Je n’attendis pas son consentement, et attrapais son bras que je mis comme prévu, autour de mes épaules pour qu’elle s’accroche à moi. Ensuite, je pris son sac d’une main, et je commençais à marcher, faisait des petites pauses pour qu’elle arrive à suivre. J’avais surtout envie de partir d’ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 12 Mai - 15:40


❝S
i tu voulais faire une quelconque marche arrière maintenant il était trop tard tu aurais encore dû donner un faux nom, mais non, bête et trouillarde comme tu l’es, tu n’avais pas fait ce que tu pensais être bon à faire, ainsi tu élaborais un petit plan dans ta tête, t’imaginant que la jeune femme t’aide assez gentiment puis t’aide à te mettre à l’abri pour enfin appeler un chauffeur ou bien attendre patiemment que l’un dès tes gorilles qui étaient d’habitude à tes côtés. La jeune femme s’approcha de toi avec un petit sourire, tu arcquas légèrement un sourcil surpris par sa réaction, tu demandais bien pourquoi elle réagissait comme ça, serait-elle l’une de ces personnes que tu entends furtivement alors dès dîner d’affaires disant qu’il existe des gens dans ce dôme qui n’aime pas Genesis. « Hum, très bien.» Lâchat la jeune femme sèchement et froidement, alors que tu haussais les légèrement les épaules, alors tu venais d’en rencontrer une, il te faudrait être donc assez prudente si tu ne voulais pas qu’un malheur t’arrive. « Merci. » Lâchas-tu le plus simplement du monde, même si tu ne le pensais pas totalement, c’était seulement une habitude malsaine. « Mets ton bras autour de mes épaules. Je t’emmène sous l’arcade, là-bas. » T’informat-elle aussi froidement qu’au part avant en prenant rapidement ton bras pour la mettre sous ses épaules. Rapidement tu jettas un coup d’œil vers le dit et t’apprêtais à dire oui, la bouche entre ouverte tu te retrouvas debout et tu commençais déjà à marcher, cette jeune femme à la chevelure violette avait même eu la présence d’esprit de prendre ton sac à main. Une chance pour toi.

Ainsi tu marchais bras dessus, bras dessous avec la jeune inconnue, faisant de temps à autre des petites pauses, tu te retenais de persifler entre tes dents lorsque ta cheville te faisait mal, le voyage fut assez long il était maintenant le temps de se mettre à labris, au début c’était de légère gouttelette d’eau qui ruisselait sur le sol puis sur ton visage et puis maintenant c’était une pluie torrentielle qui te singler le visage par vagues, te trempant jusqu’aux os, tu avais les vêtements qui te collaient à la peau et tu n’aimais pas cette sensation d’oppression. L’arcade était maintenant à quelques enjambées et tu accéléras toi-même le pas, ainsi tu avais certes un peu plus mal que lorsque tu avais le pied au sol, mais tu pourrais être au moins « au sec ». Arrivant sous l’arche tu posas ta main sur le mur pour t’y adosser, laissant la jeune femme libre de son fardeau, choppant au passage ton sac à main. « Merci beaucoup, je suis désolé si vous avez été trempé à cause de moi, malheureusement je n'ai rien pour vous sécher, mais bon si vous le souhaitez vous pouvez repartir vaquer à vos occupations je peux maintenant trouver les moyens de rentrer chez moi toute seule. » L’informas-tu gentiment en te laissant choir tout du long du mur pour atterrir sur le sol froid passant une main dans tes cheveux tout emmêlés et mouillés par la pluie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 12 Mai - 22:34

Nous nous étions fait trempées comme des males propres, l’orage avait commencé environs au milieu de notre course. Nous n’avions pas été assez rapides, et pour cause. Sa cheville nous ralentissait considérablement, mais c’était son problème. Dire que tout ça avait commencé par des chaussures. Comme quoi, il fallait toujours les essayer en magasins, et les vendeuses qui nous disaient « elles vont se casser, ne vous inquiétez pas » n’étaient que des menteuses. Les chaussures ne se cassaient pas, elles vous cassaient la cheville. Mais bon, ça la regardait. Je pris le temps tout de même de me focaliser sur les gouttelettes qui tombaient sur moi, léchaient mes membres et alourdissaient mes vêtements. Depuis combien de temps n’avait-il pas plu ? Je n’en avais aucune idée, mais maintenant que le liquide tombait du ciel, ça n’avait plus d’importance. Enfin, l’arche se rapprochait de plus en plus de nous, et de moins en moins de mètres me séparait de ma délivrance. Je la laissais s’adosser contre le mur une fois à l’abri, et n’eus pas le temps de lui rendre son sac qu’elle me l’avaits pris des mains. Bon, au moins, j’étais fixée. Elle devait peut-être encore me croire capable de le lui voler, surtout depuis que j’avais manifesté mon mécontentement en sachant son nom. Bah, peu importe de toute manière, ce n’est pas ça qui allait me tuer. « Merci beaucoup, je suis désolé si vous avez été trempé à cause de moi, malheureusement je n'ai rien pour vous sécher, mais bon si vous le souhaitez vous pouvez repartir vaquer à vos occupations je peux maintenant trouver les moyens de rentrer chez moi toute seule. » Je soupirais une nouvelle fois. Comment se faisait-il qu’elle trouvait le moyen de blablater encore ? Je ne voyais pas ce que ça pouvait lui faire que je sois trempée ; elle était à l’abri, c’est tout ce qui devait compter pour elle. « De rien. De toute façon, j’aime la pluie, alors ça ne me dérange pas. Merci quand même. »

Oui, j’allais retourner vaquer à mes occupations, maintenant qu’elle était sûre de ne pas rester plantée sur le banc du parc à se faire tremper par les seaux d’eau qui tombaient. Je m’adossais contre un poteau, et regardais les goutes tomber, barrant la vue comme un rideau. Je humais l’odeur lourde qui régnait à présent, puis me tournais pour regarder Olympe. « C’est dommage que tu n’aimes pas la pluie. Peu de gens l’aiment, de toute façon. Ils ne prennent pas le temps de l’apprécier, c’est tout. Ils préfèrent se dorer la pilule au soleil. » C’était vrai. Les gens ne prenaient pas conscience des belles choses qu’on voyait tous les jours. Peut-être parce qu’elles devenaient trop communes, qu’elles étaient trop vues et qu’elles faisaient à présent partie du décor. Mais au fur et à mesure, ils devront bien s’apercevoir que plus rien n’est beau à leurs yeux, et devront recommencer à découvrir, comme un enfant. Mais qu’est-ce que je faisais encore là, moi ? « Em, bon, bah je te laisse. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   Sam 12 Mai - 23:28


❝A
près une longue traversée que tu pourrais comparer à celle du désert, mais bon dans le désert il fait chaud a en crevé, mais là tu es trempée a en attraper une pneumonie, ainsi tu étais soulagée et heureuse d’être à l’abri de cette pluie torrentielle totalement fictif, mais tu n’y étais pas arrivé sans aucune embuche, puisque après tout tu trempais jusqu’aux os, si bien que tu pouvais prendre tes vêtements et les tordres pour en faire tomber l’équivalent d’un seau d’eau. Tu serrais ton sac contre ta poitrine pour en sortir un téléphone portable dernier cris, le cul à terre tu tapotais sur les touches de ton clavier pour y composer un numéro de téléphone, appeler tes parents ne servirait à rien, tes gorilles seraient un peu surfaits, mais à la place tu téléphonais à ton chauffeur pour qu’il vienne te chercher. « De rien. De toute façon, j’aime la pluie, alors ça ne me dérange pas. Merci quand même. » T’informat-elle dans un soupire comme si tu la gênais ou plus. Ainsi tu baissas la tête pour te focaliser sur ton téléphone portable. Rapidement tu écris un texto à ton chauffeur où tu demandais d’aller venir te chercher, aussitôt une réponse t’arriva. « Ah ? » Lâchas-tu un peu vaguement en jetant un coup d’œil circulaire pour être sur de l’endroit précis où tu étais, ainsi tu donnas les coordonnées à ton chauffeur par un message et maintenant il ne te resterait plus qu’à attendre. « C’est dommage que tu n’aimes pas la pluie. Peu de gens l’aiment, de toute façon. Ils ne prennent pas le temps de l’apprécier, c’est tout. Ils préfèrent se dorer la pilule au soleil. » Te parlât-elle un peu trop sèchement à ton gout, comme si tu venais de faire ou de dire une bêtise, cette jeune femme t’excédait par son comportement étrange et un peu particulier, si bien que lorsqu’elle te regarda tu lui fis une sorte de petite grimace avec tes mains dessinant ta tare d’albinisme. « Franchement, j’ai l’air de pouvoir me dorer la pilule au soleil. » La questionnas-tu en désignant ton visage, tes yeux et tes cheveux le tout trempés, si bien que faisaient des petits cercles avec ta main.

Ainsi un long silence de plomb se posait entre vous deux, tu attendais la tête dandinant dans tous les sens contre la paroi froide et humide du mur, tandis que la jeune femme aux cheveux violets et à l’œil caché regardait avec un air mélancolique la pluie qui flageller le sol lourdement laissant une petite musique sur le tempo des gouttelettes qui cingle le bitume. « En, bon, bah je te laisse. » Lâchat la jeune femme en avançant d’un pas puis de deux sous la pluie sans jeter un coup d’œil vers toi, pourtant tu lâchais un petit son comme si tu disais « oui, bon voyage », mais pourtant tu n’avais pas dit un traité mot. Tu la regardais s’avancer au loin tandis que tu étais toujours à l’abri, dix longues minutes passaient dans un silence de mort, plus personne ne marchait dans les rues tout était mort tu étais complètement gelé, tu commençais dangereusement à vaciller, les yeux rougis par le froid et l’haleine fumante. Le crissement des pneus de la limousine te sortit de ta rêverie, laissant le chauffeur venir te chercher dans ta grotte moderne pour venir t’amener au chaud dans la voiture. Sans que tu t’en rendisses compte, tu étais enroulé dans des couvertures bien au chaud, alors tu posais ta tête sur la portière froide tu commençais à fermer doucement les yeux pour aller dans les bras de Morphée, rêvant à la pluie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Promenade sportive ▬ Louka Bernett ▬ Terminé ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Genesis :: Genese :: Requiem :: RP's Terminés-