Partagez | 
 

 ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Ven 11 Mai - 21:05


❝J
amais ô grand jamais tu n'aurais jamais cru revenir dans ta véritable demeure qu'était Genesis, mais pourtant tu y avais remis les pieds un court instant certes, mais c'était déjà inimaginable, telle une chimère éphémère, mais ceci n'est pas arrivé comme cela en un claquement de doigt, bien au contraire. Ainsi tout avait commencé il y a quelques heures, comme tous les jours que dieu fait tu étais en train de travailler, malgré que le fait que l'heure du repas approché, tu savais parfaitement que tu devais continuer pour avoir un peu de pain et de vin dans ton gosier, ainsi tu bossais pour survivre et non pour vivre. Le regard perdu dans le vide en train de regarder passivement les impuretés dans le bois tu oscilais ton bassin d'avant en arrière et de haut en bas pour satisfaire le jeune homme à la peau matte qui se trouvait sous tes hanches rondes. Sous l'un de ces bruits de râle tu baissais la tête dans sa direction pour observer les traits de son visage déformait par un plaisir naissant, ainsi tu accéléras le mouvement de va et vient pour lui donner ce qu'il était en droit d'attendre, après tout c'était ton travail. Pour jouer ton rôle jusqu'au bout tu commençais aussi à émettre de petits gémissements à moitié étouffé par le bruit du matelas qui grincait bruyamment sous chacun des mouvements des deux corps en chaleurs et en sueur qui cédait au plaisir de la chair bien allégrement et sans aucun sentiment. Ainsi tu étais proche de ta tâche, quand un étrange brouhaha dehors au sein de la mini-ville à l'extérieur se fit entendre. Tu secouas vivement la tête de droite à gauche et de gauche à droite te concentrant sur ton travail, les mains sur le torse sec du jeune homme, tu te courbas pour continuer avec ferveur ton travail donnant des coups de bassin plus rapide, mais tu fus coupé dans ta concentration lorsqu'un fou tambourinas sur ta porte. « La pute sort de là tout de suite, ton gros cul pourra attendre encore un peu, mais Genesis nous offre un magnifique spectacle ! » Hurlas une voix roc et nauséabonde à tes oreilles à travers la porte en bois de ta cabane.

Tu fermas très fortement tes paupières, laissant la fine peau noircie par un maquillage précaire porte de légères ridules. Serrant fortement les dents, tu persiflas à travers ses dernières avant de tourner d'un coup sec ta tête vers le battant de l'unique et seule porte de ta cabane, stoppant en même temps tout mouvement au niveau de ton bassin et laissant ainsi le lit redevenir silencieux. « Elle bosse la putain comme tu dis si bien, alors va voir ailleurs si j'y suis espèce de salle petit emmerdeur à la noix ! » Gromelas-tu contre l'innocente pour alors que ton insulte était pour la personne qui s'y trouvait derrière. Rejetant lentement la tête en arrière tu levais les yeux vers une vieille pendule accroché à clou rouillé qui se trouvait sur le mur, laissant afficher à peu près midi trois ou cinq s'affichait sur le cadran cassé de l'horloge. « On était où déjà ? » Demandas-tu à ton client en revenant chercher son regard vers le tiens, mais pourtant tu affichais un visage froid, alors que tes yeux étaient enflammé par une petite flamme de colère suite à cette interruption dans ton travail. Alors, que le jeune homme à la peau cramoisie était toujours sous ton étreinte, bien enfourné entre des cuisses humides, le bruit à l'extérieur devenait de plus en plus grand, grondant dans la chaleur étouffant de la journée, essuyant de la sueur qui perlait sur ton front d'un revers de la main tu laissais tes oreilles trainer sur les bruits pour comprendre ce qui se passait dehors, mais ceci était trop flou, enfin jusqu'à qu'un illuminé commence à hurler pour couvrir tous les autres bruits. « Genesis est mort ! Les lumières se sont éteinte ! » Geulas l'illuminé en question dans tout le village, si bien que tu te levas précipitamment pour te diriger vers ta fenêtre, nue comme un vers pour lui sommer de se taire, tu ouvris l'ouverture en verre et tu passas la tête à travers l'interstice pour y voir un homme lynché par un groupe juste devant ta porte. « Cassez-vous de là ! Il y en a qui bosse contrairement à d'autre bande de petits cons ! Aller le finir autre part merde alors ! » Rochonas-tu méchamment en faisant un signe de la main pour leur montrer plus loin. Très rapidement tu rentras ta tête à l'intérieur de la cabane et tu jetas un coup d'oeil à ton ancien client. « Dit... A ton avis c'est vrai ce qu'il raconte ? » Lui demandas-tu en mordillant frénétiquement l'intérieur de tes lèvres, avant de porter ton pouce à ta bouche pour le mordre fortement.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 12 Mai - 11:50

    Les filles de joie, les prostituées, les catins, les putains, les putes. Elles faisaient partie des petits bonheurs d'Amddiffyn. En échange de leurs services, il leur offrait de la nourriture, voire même un repas complet. Ce qui était déjà beaucoup ici. En leur présence, il pouvait se détendre, et ne penser à rien d'autre qu'à son plaisir. Bien qu'il se posait toujours énormément de questions, comme à son habitude. A tel point que lorsqu'il devenait trop pensif, ou qu'il bavardait trop - leur posant des questions tout aussi existentielles - certaines préféraient le virer pour cause de "perte de temps". En cet instant, ce n'était pas encore le cas. Il avait gardé ses pensées pour lui pour le moment, ne gênant pas la belle femme qui faisait danser son bassin. Il en avait connu qui n'étaient pas douées, d'autres au contraire qui l'étaient. Celle-ci lui donnait du plaisir, mais la voir ainsi perdue dans le vide en plein ébat le rendait tout autant pensif. Sa fierté en prenait certes un coup, mais avec tous les hommes qu'elle devait voir passer, il comprenait qu'elle ne prenne pas de plaisir. Et alors qu'il partait dans des pensées plus profondes l'une que l'autre, il ne put s'empêcher d'émettre un bruit pour exprimer sa satisfaction. La jeune femme en fit de même, et bien qu'il se doutait que ce n'était pas sincère, il ne pouvait qu'apprécier. Il ne souriait pas - encore - béâtement, mais on pouvait voir dans ses pupilles une excitation certaine.
    Il ferma les yeux un instant, tentant de se concentrer sur son propre plaisir, si bien qu'il n'entendit même pas les bruits au-dehors, tant ceux du matelas et des souffles hâletants lui occupaient l'esprit. Cependant, il rouvrit les yeux au son - non - mélodieux d'une voix qui criait quelque chose d'aberrant. Ce n'était pas le moment. Il avait presque réussi à se détendre complètement. Amddiffyn, agacé, balança sa tête en arrière, lâchant un soupir. Il laissa la jeune femme s'exprimer, puis plongea son regard dans ses yeux glacés. Elle avait perdu toute trace de séduction, dû à son emportement d'il y a quelques secondes. Il tenta tout de même de ne pas y faire attention, tout comme le vacarme qui grandissait dehors, mais bien sur les mouvements qu'ils exerçaient tous les deux, de leur corps suintants. Et même si elle ne ressentirait probablement pas grand chose, il prenait plaisir à caresser sa ronde poitrine, les massant doucement, mais fermement.

    "Putain !" cracha-t-il, quand l'homme dehors se remit à crier, ne comprenant apparemment pas les mots délicats que la jeune femme avait si joliment prononcés tout à l'heure. Leurs peaux se décollèrent alors, au plus grand regret d'Amddiffyn. Il pesta un instant, ne faisant pas attention à ce qu'elle criait à la fenêtre, tout en asseyant dans le lit. Il passa sa main dans ses cheveux, et fût surpris de voir l'anxiété de la prostituée. Il repensa alors à ce que l'homme avait dit, fit mine de réfléchir un instant, et finit par répondre :

    "C'est soit il a fûmé quelque chose de mauvais, soit y dit la vérité. Ou les deux. Mais bon, 'm'étonnerai qu'il mente à propos d'un truc pareil." Il soupira à nouveau, son excitation commençant doucement à disparaître. "Ca m'a refroidi, autant aller voir ça, non ?"

    Sur ces mots, il se leva, et commença à s'habiller. La frustration et l'agacement pouvait se lire sur son visage. Cependant, il ne s'en prendrait pas à elle, comme beaucoup d'autres l'auraient fait. Il était lui aussi intrigué par ce qu'il se passait dehors.

    "Ca m'étonnerait quand même qu'une chose pareille ait pu arriver..." marmonna-t-il pour lui-même, bien que ce fût prononcé assez fort pour qu'elle puisse entendre. Il attacha ses longs cheveux en queue de cheval, et se tourna vers elle.

    "Habille-toi vite, parce que si c'est vraiment la vérité, il ne faut pas louper ça." Bien qu'une certaine appréhension, voire même une excitation et une peur tentaient d'arracher ses tripes, il gardait un air impassible sur le visage. Il sortit finalement de la petite cabane, sans payer, bien évidemment. Il resta devant la porte un petit instant, regardant les gens s'agiter comme des moutons. C'est que ça devait être vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 12 Mai - 14:01


❝T
u avais détourné les yeux de la fenêtre laissant un spectacle désolant, mais on ne peut plus normal pour le monde extérieur, lynché un homme jusqu'à la mort faisait partie du quotidien de cet enfer sans non que représenté l'ancienne ville de Londres, enfin des ruines mortes seraient plus appropriées. Tu étais quelque peu terrorisé par cette situation ahurissante, alors que ton client pesté méchamment, il était en droit après tout, mais ce n'était pas de ta faute non plus si un homme allait mourir devant ta porte, si tu devais perdre un client pour ne pas en perdre dix autres, soit très bien, tu jeuneras un repas ou bien tu ne te mettrais pas ta saloperie dans le nez pour une journée. Alors que tu mordillais fortement ton pouce comme une gamine terroriser le jeune homme à la peau matte était en train de se rhabiller. « C'est soit il a fumé quelque chose de mauvais, soit y dit la vérité. Ou les deux. Mais bon, "m'étonnerai qu'il mente à propos d'un truc pareil. » Proposa le jeune homme dans un soupiré assit sur ton lit pourri en train de passer une main dans ses cheveux, alors que toi toujours nue comme un ver tu te dirigeais vers lui, non pas pour reprendre ton travail, mais plutôt pour te prendre ce qui ressemblait à une cigarette de fortune. « Ce gars-là ? C'est déjà bien s'il arrive à pas bouffer ses pompes, alors s'acheter de la blanche il peut toujours courir, c'est un fou ce mec, mais bon là il fait très fort. Comme si Genesis pouvait mourir. » Prononças-tu tes dernières paroles en formant des guillemets avec tes mains pour accentuer tes derniers mots, mais tu n'étais pas fière de toi, tu ne pouvais pas laisser partir ce client sans obtenir ce qu'il voulait. « Ça m'a refroidi, autant aller voir ça, non . » Te coupait le jeune homme dans tes pensées, si bien qu’à ces mots, tu roulas les yeux vers le ciel, avant de chopper fébrilement tes allumettes, en craquant une morte, si bien que tu pestas lorsque tu remarquas ta bêtise, la rejetant derrière toi avant d’en prendre une nouvelle et d’allumer ta cigarette, alors que l’homme se releva pour finir de s’habiller avec un air sur le faciesse que tu connaissais trop bien… « Attends une minute coco ! J’ai autre chose à foutre que d’aller voir les affabulations d’un vieux fou sans sous qui se fait lyncher devant ma porte. J’ai des clients moi, certes je suis désolé pour le petit problème qu’il vient d’avoir lieu, mais bon si tu veux que je bouge ça sera payant… » Râllas-tu contre le jeune homme, la clope au bec tandis que tu parlais aussi bien avec tes mains qu’avec des paroles avant de faire un petit temps mort avec tes mains, forment un « T ».

Rallant beaucoup trop fort, tu tiras une longue latte de fumée et la recrachant au visage de ton client, tu gigoter en silence alors que l’homme s’avança pour se mettre bien en face de toi. Une main sur tes hanches tu jugeais le jeune de bas en haut et de haut en bas pour savoir s’il pensait réellement ce qu’il disait. « Ça m'étonnerait quand même qu'une chose pareille ait pu arriver... » Grommela le jeune homme dans ses dents, si bien que tu avais du mal à comprendre de quoi il parlait, si bien que tu arrivais à comprendre uniquement un mot sur deux ou un tout en attachant ses longs cheveux noirs en une queue-de-cheval alors que toi tu devais ressembler à un épouvantail beaucoup plus vieux que ton véritable âge. « Habille-toi vite, parce que si c'est vraiment la vérité, il ne faut pas louper ça. » T’ordonna-t-il bien gentiment, comme s’il était un gamin qui attendait avec impatience d’ouvrir ses cadeaux sous un sapin de Noël. Tandis que toi tu reculais d’un grand pas, te laissant cogner contre ta table de nuit, les mains en arrière de ton corps, tu serrais fortement les rebords en bois de la tablette, laissant au passage des cendres tomber à terre. « Non ! Plus jamais je ne refouterais les pieds là-bas ! Est-ce que tu sais ce qui se passe pour les gars qui s’approche trop près du dôme ? On les canarde comme du vulgaire gibier, très peu en resorte vivant et tu voudrais aller là-bas . Non, mais tu es fou ma parole ! Bon sang de bonsoir, qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour me taper un client pareil et puis même si c’était bien vrai ! Qu’est-ce que tu voudrais faire, hein ? Te faire une place . Laisse-moi rire ! Genesis ce n'est rien d’autre qu’une grosse merde bien ambulante ! Alors sans moi, plus jamais j’y refouterais les pieds, pas après ce qu’ils m’ont fait ! » Geulas-tue au jeune homme innocent, mais pleine de rage, tu tranblais tellement de colère que ta cigarette retombait sur le sol, laissant un petit sifflement, si bien que t’agenouillait pour la récupérer sur ton sol quelque peu poussièreur, le mégot gris entre les doigts tu levas la tête vers le jeune homme qui se trouvait devant la porte de ta cabane, prêt à sortir, te laissant un ultimatum silencieux dans un long regard. Si bien que tu commençais fortement à paniquer, mais en même temps, tu savais qu’il allait partir sans payer et c’était bien normal, mais tu avais besoin de bouffe, snifer de la cocaïne ne remplissait pas ton estomac et tu ne pouvais pas non plus te laissait amaigrire sinon ceci ferait fuir les clients, ravalant ta salive, tu hochas légèrement la tête de haut en bas et de bas en haut pour montrer que tu voulais bien le suivre, mais uniquement s’il te paye. « Ok je m’habille et je viens, mais uniquement si tu me lâchas un gros gibier et déjà vider, prêt à faire cuire, car je n'ai pas que ça à foutre que mettre la main dans la barbaque pour en sortir des tripes et des boyaux, je dois bosser même si ça rapporte peu… » Lui propas-tu rapidement en te relevant pour attraper un vieux pantalon éliminé et un t-shirt que tu enfilais sans aucun sous-vêtements avant de rentrer tes pieds dans de vieilles bottes militaires que Nathan t’avait trouvés dans ses descentes. « Et puis même s’il n’y a plus de lumière, tu ne connais rien à ce monstre d’acier, tu comptes rentrer le dedans comme dans un moulin . Si tu arrives déjà devant les portes c’est un miracle, mais on dirait que tu sais pas qu’ils ont des militaires armées jusqu’aux dents ! Dans tous les cas, si le dôme n’a plus de lumière, il n’aura plus d’air non plus, tu auras de grandes chances de mourir asphyxié si tu rentres dedans, mais faut croire que tu veux mourir, alors si je viens tu me payes avant que tu crèves… C’est soit ça soit tu y vas en aveugle ! » L’informas-tu rapidement en choppant dans ton tiroir deux foulards en lin épais, tu en disposas un autour de ton visage couvrant une partie de ton visage pour te protéger tes tempêtes de sable éventuelles qui pouvaient avoir lieu ou bien pour qu’aucun militaire ne te reconnaisse. « Alors, tu veux toujours y aller . Dans ce cas met ça. » Le questionnas-tu en tendant au jeune homme à la peau matte le second foulard, toujours assise dans sur ton lit.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 12 Mai - 16:07

    Rien qu'en voyant cette femme, on pouvait remarquer qu'elle avait un caractère fort. Et même Amddiffyn le savait, c'est pour dire. Elle faisait preuve de vulgarité, presque, lui crachant presque sa fumée désagréable à la figure. Cependant, il ne broncha pas.

    "J'me fiche de c'mec qui s'fait battre pour je n'sais quelle raison encore. Payant ? Je te rappelle que le boulot n'a pas été fini, m'enfin..."

    Devant la voix forte et les paroles puissantes et indignées de son interlocutrice, le jeune homme plissa les yeux, comme pour étouffer le bruit. Il soupira, puis lui répondit, calmement :

    "Je n'ai jamais dit que je comptais entrer..." Ca me fait trop peur, pensa-t-il. "Juste que de voir le dôme éteint, même de loin, j'aimerai voir ça. Et jamais je ne voudrais y vivre. Je ne veux pas finir dans une boîte."

    Il voyait qu'elle était en colère, les traits de son visage pourtant si fins déformés par la rage ainsi que ses paroles prouvaient qu'elle avait beaucoup souffert. A tel point qu'elle préférait sa vie de misère en dehors, plutôt qu'en dedans. Qu'avait-il bien pu se passer ? Quoiqu'il en soit, il ne se serait jamais douté qu'elle venait de Genesis. Enfin, il n'y avait pas vraiment réfléchi plutôt.
    Il haussa finalement les épaules, la jeune femme prétextant tout et n'importe quoi pour obtenir son dû. Mais bon, elle devait réellement avoir faim.

    "On verra, je ne suis pas du genre à donner sans recevoir quelque chose en retour." insista-t-il, avant de rester silencieux devant les avertissements de la jeune femme. Il s'approcha finalement du lit et récupéra le foulard qu'il enroula autour de son cou sans trop se poser de questions, pour une fois.

    "Tu viens de là-bas non ? Donc tu sais comment y aller ? Je n'avais pas pensé à l'air, faut dire que je m'intéresse pas vraiment au dôme..." Il se mit à réfléchir un instant, les yeux perdus dans le vague.

    "Peut-être pourrions-nous récupérer quelques objets utiles... J'aimerai bien une arme. Et puis, nous verrons bien, de toute façon. Allons déjà voir ça de plus près, j'aviserai ensuite. J'avoue ne pas vouloir mourir aujourd'hui."

    Sur ces mots, il retourna près de la porte.

    "Je te promets qu'on aura de la viande au repas, si tu veux bien m'aider."

    Il savait que le mot "viande" faisait mouche, étant lui-même un "amoureux" de celle-ci. Bien entendu, le "genre" de viande dépendrait de la situation... Mais ça, elle n'avait pas besoin de le savoir.

    "Viens, allons déjà voir à quoi ça ressemble de loin." lui dit-il, alors qu'il enjambait le pas. Il se demandait s'il ne faisait pas de bêtises, mais après tout, si ça pouvait lui apporter quelque chose, pourquoi pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 12 Mai - 17:35


❝T
u étais là en train d'essayer de faire croire que tu savais ce que faisait et ce que tu disais, mais ce n’était pas tellement le cas, alors que tu mettais bien en place ton foulard sur ton visage pour cacher ton nez, ta bouche, laissant juste un petit interstice pour tes yeux tu essayais tant bien que mal de refréner ton envie de hurler et de t’enfuir en courant, alors tu avais trouvé que mordiller et distordre légèrement la bouche était le seul moyen de réfréner tes envies, mais tu devais reprendre un peu le contrôle sur toi-même si tu voulais avoir un morceau de lard dans ton assiste et de pouvoir enfin ne plus entendre ton ventre crier famine la nuit. L’homme t’avait adressé quelques mots comme quoi il s’en fichait bien du dôme, mais qu’il voulait le voir, soit une idée totalement contradictoire, mais qu’importe, tu fermais tes yeux fortement, laissant ton maquillage épais et noir se craqueler sous tes ridules et tes cernes noires. Tu refrénais ton envie de vomir et tu te levais. « On verra, je ne suis pas du genre à donner sans recevoir quelque chose en retour. » Insistat-il lourdement même devant tes nombreux avertissements, avant de chopper le foulard que lui tendait pour l’enrouler autour de son cou en gardant le silence. Tu arquais tes sourcils fortement en regardant la façon dont il avait mis son foulard, ce n’était pas comme ça qu’il réussirait à passer, mais tu préféras garder le silence il s’en rendra compte assez rapidement. « J’espère… » Murmuras-tu à toi-même en espèrent que ta bonne action te rapporte un morceau de viande. Tu t’avanças vers ta frigide, passant ta main derrière les résistances de la machine tu tâtas pour y trouver une arme. « Tu viens de là-bas non . Donc tu sais comment y aller . Je n'avais pas pensé à l'air, faut dire que je m'intéresse pas vraiment au dôme... » Entendis-tu dans une voix ton dos, frisonnant à chacun de ces mots, qui faisait froid dans le dos, une chair de poule à en crever.

Complètement à l’ouest tu laissas ta tête reposer contre la paroie froide de l’acier de la machine, tu avais l’impression que tu étais à court de souffle, mais tu savais que ce n’était pas de cette façon que tu allais arriver à quelque chose. « Je sais deux ou trois petites choses, mais si tu ne t’intéresse pas au dôme pourquoi n’arrêtes-tu pas de me tanner pour y aller !? Putain tu’n'es franchement pas croyable, je te jure que si je n'ai pas mon morceau de viande à la fin, ça va très mal aller pour toi ! » Râllas-tu en cognant ta tête contre la paroi en acier du frigidaire, avant de tâter une nouvelle fois derrière la paroi de l’engin pour en sortir une vieille machette à la lame bien rouillée. L’arme blanche était enroulée dans un épais morceau de tissu, revenant sur tes pas tu t’approchas du jeune homme. « Peut-être pourrions-nous récupérer quelques objets utiles... J'aimerai biens une arme. Et puis, nous verrons bien, de toute façon. Allons déjà voir ça de plus près, j'aviserai ensuite. J'avoue ne pas vouloir mourir aujourd'hui. » Te parlât-il en retournant près de la porte, à son idée quelque peu saugrenue tu ne put t’empêcher de rire sèchement. « Alors monsieur veut une arme, mais bon à ce que je vois tu n’es pas au courant, que si toi-même tu n’es pas armé, tu ne risques pas du tout de mettre un quelconque pied dedans sans y laisser une plume et encore… Ce n'est pas avec ma vieille machette qui tombe en lambeaux que l’on risque de se défendre… » Lui raillas-tu faiblement en serrant fortement le manche de l’arme entre tes mains, tellement que tes jointures commençaient à blanchir fortement sous la pression. « Je te promets qu'on aura de la viande au repas, si tu veux bien m'aider. » T’informat-il en passant le seuil de la cabane tu laissas émettre un petit bruit comme sur sorte de murmure sourd pour dire un simple et vulgaire oui. Il avait réussi à faire mouche le mot viande te fait allécher on ne peut plus que l’on peut le penser. « Viens, allons déjà voir à quoi ça ressemble de loin. » Lâchat-il comme pour se donner du cœur à l’ouvrage, mais tu t’en fichais bien, tu n’avais que le mot viande qui raisonné en boucle, toujours et encore dans ta tête comme un vieux disque rouillé. « Oui, c’est bon j’ai compris, mais bon je crois bien qu’il serait bon d’instaurer quelques petites règles. » Lui dis-tu en le doublant devant le seuil de ta propre demeure, une main sur l’épaule le regard froid, tu avanças d’un pas et tu enjambas le corps du vieillard allongé dans la poussière, couvert de sang et d’immondice, tu savais ce que ce genre de truc faisait fuir les clients, mais tu en aviserais plus tard. « Premièrement, tu écoutes ce que je te dis. Deuxièment, lorsque je te dis on dégage tu n’attends pas midi quatorze heures et troisièmement tu ne parles pas à quiconque si jamais tu rentres dans le dôme si des gens savent qu’une merde comme nous est à l’intérieur on sera tué d’office… » Listas-tue tes indications en marchant en direction du sud sans te retourner. « Pour eux on est des monstres qui distribuent la peste… » Te murmuras-tu lentement à toi-même tout en continuant à marcher.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Mer 16 Mai - 21:41

    Bien entendu, il avait compris qu'elle ne lui avait pas passé un foulard pour l'habiller de sorte à ce qu'il soit plus présentable. Il s'était douté que c'était pour se masquer le visage. Il l'avait donc passé autour de son cou, pour le moment, ne voyant pas l'intérêt de se cacher ici-bas. Il remonterait le tissu sur son nez le moment venu.
    La jeune femme semblait nerveuse et surtout très impatiente. Elle tiquait au moindre mot qu'il prononçait. Et lui aussi, ça commençait à l'agacer. Si à chaque fois qu'il l'ouvrait, elle s'énervait, le "voyage" risquait d'être long.

    "Je sais deux ou trois petites choses, mais si tu ne t’intéresse pas au dôme pourquoi n’arrêtes-tu pas de me tanner pour y aller !? Putain tu’n'es franchement pas croyable, je te jure que si je n'ai pas mon morceau de viande à la fin, ça va très mal aller pour toi !"

    "Je ne m'y étais jamais intéressé avant..." insista-t-il. "Juste qu'il y a une possibilité pour que ça puisse être intéressant, justement."

    Il secoua vivement la tête, les sourcils froncés, des plis d'irritation déjà marqué sur sa peau pourtant bronzée. Un soupir d'exaspération appuya le tout quand elle se mit à lui faire une longue remarque.

    "Je ne compte pas y aller les mains vides... Je ne suis pas aussi idiot que ce que tu sembles croire... Juste qu'une arme à feu me plairait, c'est tout. C'est un des objets que j'aimerai récupérer. Alors, ne t'énerve pas." Voilà pourquoi il n'aimait pas vraiment la présence des autres. Toujours des prises de tête. Bien qu'elle avait dit ça plus pour un avertissement que pour se moquer.

    Il fit donc rouler ses yeux vifs dans ses orbites quand elle commença à lui parler de règles. Il ne fit même pas attention au corps qui jonchait le sol, tant il était habituel d'en voir. Ca faisait partie du décor, en quelques sortes. Plus aucun intérêt quand il est mort. Sauf quand la chair est encore fraîche, et surtout jeune. Celle-ci ne lui donnait pas envie de planter ses dents dedans, bien qu'il n'ait pas trop le droit de faire son difficile. Mais là n'est pas le sujet.

    "Premièrement, tu écoutes ce que je te dis. Deuxièment, lorsque je te dis on dégage tu n’attends pas midi quatorze heures et troisièmement tu ne parles pas à quiconque si jamais tu rentres dans le dôme si des gens savent qu’une merde comme nous est à l’intérieur on sera tué d’office…" instaura-t-elle, comme si elle était chef d'équipe. Cependant, même si Amddiffyn n'aimait pas qu'on lui dicte sa conduite, il leva les mains.

    "Certes, après tout, tu es née là-bas, tu dois mieux connaître les lieux. Alors si t'écouter peut nous sauver la vie, je le ferais." Bien entendu, si quelque chose devait se passer, et qu'il fallait prendre la fuite, il le ferait. Il ne comptait pas mourir bêtement. Déjà que l'idée d'aller dans le dôme, et même de s'approcher de ce dernier était idiote, ce serait vraiment une mort inutile. S'il devait se préserver, il le ferait, quitte à ce qu'il ne retire rien du voyage. Il préférait vivre et ne rien gagner. Mais autant essayer de trouver des choses intéressantes.
    Cependant une angoisse certaine naissait en lui. La peur de l'inconnu, sans doute. Après tout, il ne connaissait rien à ce dôme, du moins, pas grand chose. Il ne connaissait pas vraiment les moeurs des gens, ni leur technologie. C'était donc avec une boule au ventre qu'il marchait, accentuée par les paroles soufflées par la jeune femme.

    "Je devrais peut-être passer chez moi pour récupérer quelques objets utiles, quitte à perdre un peu de temps." finit-il par dire pour rompre le silence. Et sur ces mots, il se dirigea vers chez lui. Il n'avait pas fait attention si elle l'avait suivi ou non, trop occupé à penser à leur future excursion folle...

    "Bon... Vaut mieux se dépêcher." dit-il, tout en se hâtant, alors qu'il cherchait des objets coupants. Il récupéra tous les couteaux qu'il possédait, et qui étaient destinés à couper sa viande notamment. Ils étaient de ce fait plutôt aiguisés. Il en accrocha un à sa hanche, le plus gros, du côté gauche, par-dessus son sarwouel beige. Il en glissa un "petit" dans une manche de sa veste, qu'il laissait ouverte, découvrant son torse nu. Le dernier couteau, il le gardait à la main.

    Et alors qu'il comptait quitter la pièce, il buta devant son masque au sourire carnassier. Il passa sa main sur son visage, caressant sa peau, puis le prit avec lui.
    Amddiffyn sortit finalement de chez lui, et s'affûbla de son masque. Il remonta tout de même le foulard comme il l'avait prévu. Il se remit à marcher, espérant qu'elle n'y verrait aucun inconvénient. Après tout, quand il chassait et tuait, c'était toujours avec son masque. Il ne pouvait s'en passer, c'était comme un rituel. Et il ne voulait pas lui expliquer. De toute façon, ils attireraient l'attention dans tous les cas. Et si jamais il devait l'enlever, il le ferait, mais sous bonnes raisons. S'il fallait s'infiltrer ou quoi que ce soit d'autre, il l'accrochait à son cou, et fermerait sa veste. Mais pour le moment, il voulait juste le porter. Rien qu'un peu. Il fallait qu'il gagne en assurance, et grâce à ce masque, sa peur laissait place à l'excitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Jeu 17 Mai - 9:47


❝T
u étais là sur la défensive, prête à bondir tu n’aimais pas du tout l’idée de devoir retourner à proximité des tes premières douleurs qui t’avaient amené ici, sans que tu le demandes, tu ne sais pas si le plus douloureux pour toi était d’avoir perdu toute ton ancienne vie, bien qu’elle était aussi misérable que maintenant ou bien de revenir à l’endroit qui t’avait arraché à tout ça. Tu lui avais donné des règles pour lui assurer de suivre à ce drôle de voyage, mais en fait il n’y en avait qu’une seule qui compte réellement, c’était celle du silence. Si tu étais silencieux tu ne te faisais pas attraper et même si tu l’étais, si tu ne parlais pas il ne risquerait pas de connaitre cette nouvelle civilisation qui c’est créé dehors. « Certes, après tout, tu es née là-bas, tu dois mieux connaître les lieux. Alors si t'écouter peut nous sauver la vie, je le ferais. » Te confirmat-il avec un certain dédain que tu n’amais pas dans sa voix, si bien que tu tournas la tête pour le regarder et savoir ce qu’il faisait, tu le voyais en train de lever la main comme si tu venais de dire quelque chose d’insensé. « Vivre dedans, ça n’a aucune importance. Ce n’est pas le paradis ni l’enfer, ce n’est rien, mais la frontière entre notre monde, c’est ça le véritable enfer… » Lui comptas-tu en te retournant et en marchant à reculons, avant de te retourner sur toi-même pour reprendre ta marche, mais en ralentissant la marche pour que l’homme soit à tes côtés. « Je devrais peut-être passer chez moi pour récupérer quelques objets utiles, quittes à perdre un peu de temps. » Te lâchât-il en fuyant chez lui pour rentrer dans une maison de terre rouge.

Complètement ahuri par son geste tu t’arrêtas, les mains sur les hanches tu lançais des éclairs avec tes yeux, tapotant en rythme sur le sol, tu laissais un épais nuage rouge s’élever dans les airs pour retomber sur le dessus de tes rangers, tu attendais qu’il revienne pour lui annoncer la pire nouvelle, tu savais ce qui allait se passer s’il n’y avait vraiment plus de courant dans le dôme, parce que tu connaissais parfaitement le fonctionnement du dôme, après avoir travaillé dedans. « Bon... Vaut mieux se dépêcher. » Dit le jeune en revenant à tout atte, avec des couteaux, les disposants sur des emplacements spécifiques et l’un dans sa main ainsi qu’un drôle de masque tribal sur le visage quoiqu'il ait remis le foulard devant son nez. « Oui… Oui… » Balbultinas-tu en ayant les yeux rivés sur son faciès, avant de secouer vivement la tête pour tenter de reprendre tes esprits. Tu recommenças à avant pour te retrouver au niveau du jeune homme, quoiqu'il te fichât la frousse avec sa dégaine, mais tu essayais de passer outre. « Est-ce que tu veux que je te dise ce qui va se passer à l’intérieur ou bien veux-tu découvrir le pot aux roses seul ? » Le questionnas-tu avec un air de défi, montrant quelque peu que tu en savais plus que lui sur la survit près du dôme, ce n’était pas parce que tu voulais paraître présomptueuse, mais tu avais tout aussi peur. « Dans une autre vie, j’ai bossé sur les systèmes de sécurité de Genesis et je connais les protocoles de sécurité et je peux te prévenir que ça ne sera pas du gâteau… » Continuas-tu de l’informer, sans que tu saches si l’homme à la peau matte t’écouté.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Dim 20 Mai - 15:50

    Etrangement, cette femme lui paraissait un brin mélancolique. Anxieuse, pleine d'appréhension, il était sûr qu'elle avait peur. Pourtant, elle aussi ne rebroussait pas chemin. Elle aussi voulait voir ça. Elle était comme lui : curieuse. Enfin, probablement. Peut-être avait-elle d'autres intentions en l'accompagnant. Ah oui, la viande. Cette chair tendre, aux goûts multiples, qui donne force et sentiment de satiété. Quel délice. Il en avait l'eau à la bouche, rien qu'en y pensant.
    Quoiqu'il en soit, elle semblait agacée en l'instant. Sûrement parce qu'il l'avait fait attendre. Qu'importe. Ce fût indispensable.
    Et alors qu'ils marchaient côte à côte, il ne remarqua pas le fait qu'il l'effrayait un peu. Il tourna juste légèrement la tête quand elle lui posa une question, à laquelle la réponse semblait logique pour lui. Il reporta alors son regard vers l'avant, et lui répondit :

    "Ce ne sera peut-être pas évident, mais comme tu l'as fait remarquer, tu en sais beaucoup, contrairement à d'autres, notamment moi. Je préfèrerais donc que tu me fasses un petit topo, je pense que ça éviterait que je me fasse fusiller ou autres choses atroces dès mon arrivée."

    Il n'avait pas honte de savoir qu'elle en savait plus que lui. Il avait de la fierté, oui, mais il préférait survivre. Alors qu'importait les moyens, si cette femme pouvait l'aider, ils partiraient probablement avec des choses en plus, et non en moins.

    "Comment veux-tu qu'on s'y prenne alors ? Déjà, on devrait profiter du fait que d'autres vont tenter d'entrer." Aucun remords. C'était chacun pour soi. "Je me doute qu'il n'y a pas d'entrées secrètes, mais tu connais un peu l'endroit ? Etablir un plan, ou m'expliquer comment se présente les lieux pourrait être intéressant. Surtout qu'on ne doit pas perdre de temps. Bien que je ne m'y connaisse pas en technologie, je pense qu'ils remettront bien vite le courant. Même si sauter dans le tas n'est pas la meilleure solution..."

    Amddiffyn remua ses doigts, faisant craquer ses articulations. Il resserra son étreinte sur le manche de son couteau.

    "Peut-être que l'on ira pas très loin, et qu'on ne pénétrera pas dans le dôme, mais tu auras ton dû." préféra-t-il préciser, autant pour qu'elle continue à l'aider, que pour se rassurer. Après tout, c'était se jeter dans la gueule du loup. Il tentait donc de penser à tout ce qu'il pourrait dénicher là-bas, déjà que ce qu'ils rejetaient recelaient parfois des trésors, à l'intérieur, ça devait regorger de richesse.

    "Tu as une idée approximative, bien sûr, du temps qu'on a ? Parce que quand bien même on arriverait à y entrer, et qu'on arriverait à trouver un moyen d'y respirer, si le dôme se rallume, on est pris au piège."

    Ses paroles ne rassuraient pas, mais étaient à prendre en compte tout de même. Il fallait bien évaluer leur temps de survie, non ?
    Quoiqu'il en soit, il n'aurait jamais pensé qu'en se levant ce matin, qu'en décidant d'aller coucher avec une cation, il se retrouverait à risquer sa vie pour aller dans le dôme éteint. L'inattendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Dim 20 Mai - 18:48


❝O
ui, tu avais ralenti le pas, car oui tu avais peur de ce masque étrange que portait le jeune homme sous son foulard, oui tu avais peur de revenir vers le dôme et encore plus d’y refoutre les pieds, mais pour autant tu ne tenais pas tellement à montrer même ta peur, même si tu en avais bien peur que ceci était déjà fait. Marchant à ces côtés tu gardais le regard dans le vide et en même temps tu jetais des coups d’oeils furtifs vers le jeune homme du coin de l’œil. « Comment veux-tu qu'on s'y prenne alors ? Déjà, on devrait profiter du fait que d'autres vont tenter d'entrer. Je me doute qu'il n'y a pas d'entrées secrètes, mais tu connais un peu l'endroit . Établir un plan, ou m'expliquer comment se présentent les lieux pourrait être intéressant. Surtout qu'on ne doit pas perdre de temps. Bien que je ne m'y connaisse pas en technologie, je pense qu'ils remettront bien vite le courant. Même si sauter dans le tas n'est pas la meilleure solution... » Te demandât-il en faisant craquer ses articulations avant de resserrer ses pinces contre le manche de son couteau, grimaçant fortement en ravalant ta salive. « Franchement ? J’en sais pas grand-chose, vois-tu je suis sortie par ce que l’on appelle la grande porte et je n’ai pas tellement cherché à retourner dans le dôme ou bien même m’y approcher. Je sais juste deux ou trois petites choses sur les règles de sécurité à l’intérieur. En revanche, tu as de la chance je connais deux ou trois petites choses sur les systèmes de sécurité interne, mais sans électricité ceci change beaucoup de choses… Les hommes vont être en grande quantité… » Lui expliquas-tu en révélant une partie de ton passé qui te rappelait de mauvais souvenir que tu t’empressais de faire disparaitre en secouant vivement la tête de droit à gauche et de gauche à droite.

Relevant la tête et contractant le moindre muscle de ton corps tu tendis tes jambes sous chacun de tes pas, comme un animal prêt à bondir, tu accéléras ta cadence de pas pour rejoindre l’endroit où tu voulais aller, l’enfer. « Peut-être que l'on n'ira pas très loin, et qu'on ne pénétrera pas dans le dôme, mais tu auras ton dû. » Te précisa le ton jeune client comme pour essaye de te rassurer, mais ceci n’avait aucun effet, tu avais une peur monstre qui te nicher au fond de ton estomac, alors que toi tu fis violemment demi-tour sur toi-même pour le toiser de toute sa hauteur. « Très bien, dans ce cas-là. Je n’ai rien à redire. » L’informas-tu en lâchant un sourire surfait derrière ton foulard qui te recouvrait presque totalement le visage. Reculant d’un pas à contresens, tu attendais un instant pour savoir si l’homme à la peau matte aller te réadresse la parole ou bien si vous alliez continuer. « Tu as une idée approximative, bien sûr, du temps qu'on a . Parce que quand bien même on arriverait à y entrer, et qu'on arriverait à trouver un moyen d'y respirer, si le dôme se rallume, on est pris au piège. » Te questionnât-il d’une voix assez inquiète et curieuse, avant de lui répondre, tu lui tournas le dos pour avancer à nouveau d’une façon on ne peut plus normal. « Combien de temps ? Je ne sais pas trop, je n'ai pas de montre, mais je sais deux ou trois petites choses. Je sais par exemple que s’il n’y a plus d’air dans très peu de temps et que toute la population va devoir s’équiper de bonbonnes à gaz, mais elles ont quand même une courte autonomie, en revanche, pour ce qui est du retour de l’électricité n'en j'ai aucune idée, sauf que presque plus rien ne marchera dans le dôme sauf s’il possède un générateur de secours, même pour metre ça en marche il faut un peu de temps… » Lui expliquas-tu rapidement en levant les yeux pour observer le ciel, avant de les redescendre seul le sol rouge et tes chaussures. « Si tu veux arriver avant la disparition de l’oxygène, il va falloir courir ! » Lui ordonnas-tu en te mettant toi-même à courir d’un petit trop en direction du dôme.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Lun 28 Mai - 13:21

    "Franchement ? J’en sais pas grand-chose, vois-tu je suis sortie par ce que l’on appelle la grande porte et je n’ai pas tellement cherché à retourner dans le dôme ou bien même m’y approcher. Je sais juste deux ou trois petites choses sur les règles de sécurité à l’intérieur. En revanche, tu as de la chance je connais deux ou trois petites choses sur les systèmes de sécurité interne, mais sans électricité ceci change beaucoup de choses… Les hommes vont être en grande quantité…" Ce qu'elle lui disait ne le rassurait pas du tout, et il commençait à se demander si ce n'était pas une opération suicide. Peut-être souhaitait-il réellement mourir... Du moins, tout ce qu'il faisait portait à croire que c'était le cas. Pourquoi ne restait-il pas loin de ce dôme, comme il l'avait toujours fait ? Pourquoi tenait-il tant à y entrer ? Vraiment, il ne se comprenait pas lui-même. Même elle. La faim était-elle si grande pour qu'elle mette sa vie en danger à ce point ? D'autant plus qu'elle avait l'air de connaître les horreurs qui y régnaient.

    Amddiffyn suivait le rythme que la jeune femme avait imposé au fur et à mesure de leurs pas. Il ne fit donc pas attention à l'esquisse de sourire qu'elle lui lança, trop concentré.

    "Combien de temps ? Je ne sais pas trop, je n'ai pas de montre, mais je sais deux ou trois petites choses. Je sais par exemple que s’il n’y a plus d’air dans très peu de temps et que toute la population va devoir s’équiper de bonbonnes à gaz, mais elles ont quand même une courte autonomie, en revanche, pour ce qui est du retour de l’électricité n'en j'ai aucune idée, sauf que presque plus rien ne marchera dans le dôme sauf s’il possède un générateur de secours, même pour metre ça en marche il faut un peu de temps…"

    "Ouais... surtout que ce n'est pas comme si ça arrivait souvent. Ils ne doivent donc pas être réellement préparés. Ou du moins, pas en situation réelle. Ca peut nous laisser un avantage. Ils doivent être perdu sans toute leur technologie. Peut-être que l'anarchie règne à l'intérieur..." dit-il d'un air pensif, bien qu'elle ne pouvait pas le voir, son visage caché sous son masque.

    "Si tu veux arriver avant la disparition de l’oxygène, il va falloir courir !" lâcha-t-elle d'un coup, avant de se mettre à trottiner. Amddiffyn hésita un instant, puis la rattrapa, élançant ses jambes avec force et détermination. Elle avait raison, il ne fallait réellement pas traîner s'ils voulaient avoir une chance d'y entrer.
    Et pendant qu'ils couraient, il voyait le dôme devenir de plus en plus grand. La boule dans son estomac croîssait elle aussi au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient de ce monstre immense. Et alors qu'ils étaient proches du Gargantua, Amddiffyn ralentit la cadence, attendant les directives de la prostituée, dont il ne connaissait toujours pas le nom.

    "Au fait, juste pour que cela soit plus facile pour s'appeler... car je ne garantis pas qu'un "hé !" chuchoté ou même hurlé au milieu de tout ce grabuge me fasse tourner la tête. Donc appelle moi Fwytwar."

    Essoufflé, sa voix était en plus masquée par la présence de son masque. Cependant, il était sûr qu'elle avait entendu.

    "Bon, que dois-t-on faire alors à ce stade ? Je suppose que c'est ici qu'on risque de se faire plumer ?" déclara-t-il, non sans une pointe d'ironie, probablemet mal placée, mais qui lui permettait de se détendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Lun 28 Mai - 17:27


❝T
u venais de lui donner une indication, même si ça ressembler plus à un ordre à tes oreilles, mais jamais en aucun cas tu aurais cru que tu étais en train de vivre cette journée, normalement tu aurais dû bosser et puis te prendre du bon temps avec tes produits que tu aimes tant, mais non. Te voilà en train de courir dans la terre rouge et chaude, laissant des nuées de poussière remonter le long de tes jambes pour s’incruster dans ton pantalon, laissant des taches récurrentes sur toi, tout comme ton passé. Ainsi trottinant rapidement, tu laissais une seule et unique larme couler le long de ta joue, alors que devant toi, tu voyais cette chose ronde et puissante prendre encore plus d’importance à tes yeux alors que tu avançais rapidement vers Genesis, cet être ignoble et sans vie, qui tué sans vergone. Tu ne savais pas depuis quand toute cette histoire de folle durée, cinq minutes non, dix minutes peu probables, non tu pencherais plutôt pour un quart d’heure ou bien même vingt bonnes minutes, tu n’avais pas vraiment la notion du temps. Instinctivement tu ralentissais la cadence de tes pas, mais tu continuais de tortinner. « Au fait, juste pour que cela soit plus facile pour s'appeler... car je ne garantis pas qu'un "hé !" chuchoté ou même hurlé au milieu de tout ce grabuge me fasse tourner la tête. Donc appelle- moi Fwytwar. » Entendis-tu dans ton dos une voix essoufflée, te demandant telle une plainte une chose assez inconcevable pour toi. Te retournant vivement, tu t’arrêtas d’un geste net, vacillant légèrement en arrière, mais tu repris ton équilibre, posant tes mains sur tes cuisses, reprenant ton souffle, tu t’apprêtais à parler, avec vélocité, rapidement pour mettre ton veto sur ça remarque, si bien que tu avais la bouche entre ouverte prête à parler, mais tu avais l'herbe coupée sous le pied. « Bon, que doit-on faire alors à ce stade ? Je suppose que c'est ici qu'on risque de se faire plumer. » Continua le jeune homme qui était derrière toi, avec une pointe d’ironie dans la voix vraiment mal placé et qui ne te faisait pas rire.

Bouillonant de rage, tu tapas du pied contre le sol brumeux qui se trouvait en dessous de toi, laissant un gigantesque et épais de nuage de poussière te remontant jusqu’au bas ventre. D’un geste de rage, tu arrachas le foulard qui te recouvrer le visage et le laissant tomber sur le sol. « Non et non ! » Hurlas-tu pleine de rage en postillonant fortement dans le vide. Tu tournas sur toi-même deux fois, regardant tour à tour le dôme géant et noir sans aucune lumière et le jeune homme à la peau matte. Secouant vivement la tête de droite à gauche et de gauche à droite. « Jamais en aucun cas je rentrais dans cette merde ambulante ! Je peux te dire tout ce que tu veux sur Genesis, mais en aucun cas je ne metterais les pieds dedans, c’est bien clair ! Je peux aller à la lisière et faire le garde fou devant la porte ou une entrée bidon, mais en aucun cas je ne metterais un orteil dans ce truc d’acier ! C’est bien clair ? Je me suis bien fait comprendre ou bien c’est du bla bla sans nom pour toi ?! Sache que si tu ne prends pas en compte mes indications je renonce à t’apporter mon aide et je fais demi-tour ! Ah et puis je ferais tout en sorte pour te faire bannir de la colonie ! C’est à prendre où à laisser ! » Lui ordonnas-tu tout en l’informant sur quelques points que tu avais l’impression qu’il n’avait pas comprit. T’abaissant pour récuperer le bout de tissus qui jonchait le sol, tu le secouas vivement pour enlever un maximum de poussière, avant de l’enfourner dans ta poche arrière, croisant les bras sous ta poitrine tu le toisas longuement. « Alors ? Tu prends ou tu passes Fwytwar ? » Lui demandas-tu en lui lançant un défis du regard et de tes paroles.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Lun 4 Juin - 11:50

    Amddiffyn n'était pas du genre à se laisser impressionner, ni à se laisser surprendre. Cependant, la jeune femme avait apparemment un don pour l'étonner. Il stoppa même sa marche, et ne fit aucun mouvement de plus, observant la bête enragée en face de lui. Elle avait tapé le sol avec une telle force qu'il pensa que le nuage de sable ne se dissiperait jamais, ce qui lui donnerait un air encore plus effrayant. Tout comme les mots qu'elle venait de hurler, comme si elle vomissait du feu.

    "Jamais en aucun cas je rentrais dans cette merde ambulante ! Je peux te dire tout ce que tu veux sur Genesis, mais en aucun cas je ne metterais les pieds dedans, c’est bien clair ! Je peux aller à la lisière et faire le garde fou devant la porte ou une entrée bidon, mais en aucun cas je ne metterais un orteil dans ce truc d’acier ! C’est bien clair ? Je me suis bien fait comprendre ou bien c’est du bla bla sans nom pour toi ?! Sache que si tu ne prends pas en compte mes indications je renonce à t’apporter mon aide et je fais demi-tour ! Ah et puis je ferais tout en sorte pour te faire bannir de la colonie ! C’est à prendre où à laisser !"

    Le jeune homme à la peau foncée resta bouche bée, bien que son expression faciale ne pouvait se voir en l'instant, masquée par un sourire carnassier. Les yeux ronds, il avait du mal à croire ce qui venait de se produire. Il connaissait les sautes d'humeur des femmes, mais jamais il n'avait du y faire réellement face. Il se disait que certaines étaient pires que d'autres, et que la situation dans laquelle la prostituée se trouvait devait la mettre dans tous ses états. Du moins, il l'espérait.
    Et alors qu'il était trop ébahi pour prononcer le moindre gémissement, ni de bouger ne serait-ce qu'un doigt, de peur qu'elle vienne le lui arracher, elle reprit la parole, lui posant un ultimatum.

    "Comment en est-on arrivé là... ?" souffla-t-il, tout en passant une main dans sa tignasse noire.

    Il leva légèrement les mains, lui faisant signe de se calmer, et reprit la parole, d'un ton agacé :

    "Bon, déjà, il faudrait arrêter de me prendre pour un idiot. Je me doute que tu n'as pas beaucoup d'estime pour les hommes, mais ce n'est pas une raison pour croire que je ne comprends pas ce que tu m'as déjà répété bon nombre de fois. Je sais que tu n'y rentreras pas, j'ai très bien compris que tu ne me donnerais que des indications. Mais il faut bien avancer, non ? Je ne t'oblige à rien, moi, tu fais ce que tu veux. Tu n'as qu'à me donner tout ce que je dois savoir là, maintenant, et je me débrouillerai. Il faut savoir ce que tu veux aussi..." Il s'arrêta un instant, se permettant de reprendre sa respiration. "Et puis, ne t'excite pas autant... Je ne comprends pas pourquoi tu t'énerves autant pour quelque chose que je n'ai même pas fait. De là à vouloir me faire bannir de la "colonie", tu dois vraiment avoir un problème d'hypersensibilité ou je ne sais quoi. De toute façon, je n'en fais pas partie, donc tu peux bien faire ce que tu veux. Et de plus, ce n'est pas une pute qui réussira à se faire écouter."

    Il avait été plutôt rustre, mais l'agacement avait fait place à la colère. Lui qui était plutôt d'un naturel assez calme, il ne pouvait pas rester de marbre face à de pareils boniments.
    Amddiffyn s'approcha alors de la jeune femme, la toisant de toute sa hauteur, le sourire sur son masque donnant l'impression qu'il s'étirait pour montrer ses dents.

    "A toi de choisir : tu restes ou tu pars. Je ne te retiens pas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Lun 4 Juin - 22:39


❝S
ans que tu t’en rendre compte tu commençasses à radoter dans tes explications, ni plus ni moins, tu étais en train de vivre ton plus grands cauchemars il était donc bien normal que tu commences à dérailler ou bien même à paniquer et te faire passer pour une vieille bique qui n’a plus qu’une chose en tête, mais pour autant quand tu eus fini de parler, tu observas longuement ton correspondant, mais il se taisait, t’obligeant presque à te calmer comme tu le pouvais, tu commençais à ressentir un point lourd sur ta poitrine, tu toussotas longuement, pour finir à cracher tes pommons, si bien que tu pris le chiffon qui était dans ta poche arrière pour le coller contre ta bouche. « Comment en est-on arrivé là... ? » Entendis-tu une voix souffler ces paroles, alors que tu essayais de récupérer un souffle convenable, même si tu avais beaucoup de mal. Pourtant tu regardas le jeune homme à la peau matte pour l’observer lui et ses petites mimiques qui t’ordonnaient de te calmer et ce rapidement, même si tu avais du mal à lui céder cette envie. « Bon, déjà, il faudrait arrêter de me prendre pour un idiot. Je me doute que tu n'as pas beaucoup d'estime pour les hommes, mais ce n'est pas une raison pour croire que je ne comprends pas ce que tu m'as déjà répété bon nombre de fois. Je sais que tu n'y rentreras pas, j'ai très bien compris que tu ne me donnerais que des indications. Mais il faut bien avancer, non . Je ne t'oblige à rien, moi, tu fais ce que tu veux. Tu n'as qu'à me donner tout ce que je dois savoir là, maintenant, et je me débrouillerai. Il faut savoir ce que tu veux aussi... » Commença-t-il un instant avant de s’arrêter pour reprendre son souffle, si bien que tu essayais de profitait de cette situation pour glisser un mot, mais à la place tu réussis uniquement à tousser et à avaler de la poussière, une chose que tu n’aimais pas tellement. « Et puis, ne t'excite pas autant... Je ne comprends pas pourquoi tu t'énerves autant pour quelque chose que je n'ai même pas fait. De là à vouloir me faire bannir de la "colonie", tu dois vraiment avoir un problème d'hypersensibilité ou je ne sais quoi. De toute façon, je n'en fais pas partie, donc tu peux bien faire ce que tu veux. Et de plus, ce n'est pas une pute qui réussira à se faire écouter. » Continuas-tu à écouter ses paroles dites sur ton rustre qui te fis reculer d’un pas, mais tu te retenais de trembler de rage.

Pourtant lorsque tu t’apprêtais à parler, tu te mis à bégayer un truc, mais rien de cohérent de ta misérable bouche, si bien que tu te tus pour le laisser parler encore une fois. Il s’approcha de toi, pour te toiser de toute sa hauteur, te laissant déglutir longuement, quelque peu terroriser par son masque infâme qui te donnait envie de vomir. « À toi de choisir : tu restes ou tu pars. Je ne te retiens pas. » Te proposa-t-il comme dernier ultimatum, c’était celui que tu n’aurais jamais pensé entendre de toute ta nouvelle vie, mais c’était aussi celui qui te terroriser le plus. Pourtant tu pris ton courage à deux mains comme tu le pouvais et tu avanças d’un pas laissant ton visage à proximité de son visage, enfin plutôt de son masque. « Je… » Commenças-tu un instant, en hésitant sur ce que tu allais dire. Entre le fait de répondre à sa dernière question ou bien d’expliquer ton comportement instable que tu n’aimais pas du tout. « Pardon, mais ce n'est juste que cette chose ! » Montras-tu du doigt l’objet de tes plus grandes peurs, avant de continuer. « Ce n’est pas un paradis ce truc-là et il me l’a fait comprendre, alors excuse-moi mes sautes d’humeur, mais ce truc-là me fout la trouille ! » Avouas-tu enfin en soufflant sur le masque, avant de reculer et de trembler de peur et de rage, pourtant tu repris du poil de la bête et tu remis ton foulard autour du cou. « Je viens… » Lâchas-tu timidement en remontant le tissu sur ta bouche, avant de compléter muettement. « En revanche, je fais pas ça pour tes beaux yeux, mais j’ai faim… » Te rappelas-tu à toi-même et au chasseur la raison du pourquoi tu l’accompagnais.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Jeu 7 Juin - 17:58

    Tremblant presque de colère, il serrait les poings avec tellement de force que des lignes blanches se dessinaient sur les jointures. Si son visage était à découvert, la jeune femme aurait été confrontée à un regard hautain et plein de rage. Peut-être que cela aurait été plus rassurant que de faire face à ce sourire carnassier, qui semble prêt à vous déchiqueter.
    Peut-être était il allé trop loin, mais il avait préféré lui dire tout ça maintenant, quitte à ce qu'elle parte sans l'aider du tout - ce dont il doutait. Mais il craignait sa réponse. Au fond de lui, il préférait qu'elle l'accompagne le plus loin qu'elle le pouvait. Car il avait peur. Tout comme elle.

    Puis elle émit un son, d'une voix timide et hésitante. Il crut qu'elle allait se mettre à pleurer, comme beaucoup d'entre eux, mais non. Elle était forte, bien qu'elle reconnut qu'elle avait exagéré sur son comportement. Il avait donc visé juste : elle était tellement effrayée par le dôme - qu'elle qualifiait de chose et qu'elle designa du doigt - qu'elle avait du mal à gérer ses émotions. Ce qui était compréhensible. Un peu.
    Amddiffyn s'apaisa alors, sans pour autant culpabiliser. Ce petit conflit leur avait fait du bien à tous les deux. Toutefois, il n'était réellement pas rassuré, vu l'état dans lequel ça mettait la prostituée, c'est que ça devait être terrible.

    "Je viens..." murmura-t-elle d'une voix incertaine. "En revanche, je fais pas ça pour tes beaux yeux, mais j'ai faim..."

    "Evidemment." confirma-t-il, comprenant parfaitement ses raisons. A croire que la nourriture - notamment la viande - était leur seule et unique obsession. Parfois, il se demandait s'il mangeait pour vivre, ou si au contraire, il vivait pour manger. La sensation de plaisir qu'il éprouvait à chaque bouffée, à chaque croquée dans la chair, à chaque fois que ses dents s'enfonçaient dedans, laissant le goût se répandre dans sa bouche, était une des choses qu'il aimait le plus. Etait-ce la même chose pour elle ? Aucune idée, mais pour lui, c'était nécessaire, indispensable, comme une drogue. Il avait besoin de s'attacher à ça.

    "Je suis persuadé qu'on trouvera au moins un truc intéressant là-bas." tenta-t-il de les convaincre, elle et lui, tout en posant une main sur l'épaule de la femme. Etait-ce pour s'excuser, pour la réconforter, ou pour lui dire de se remettre en route ? Une question à laquelle il ne répondrait probablement jamais. Pas même à lui.

    "Alors ? Qu'est-ce qui nous attend plus loin ?" demanda-t-il alors qu'il s'était remis à marcher. "Ou qu'est-ce qu'il m'attend, moi ?" rectifia-t-il, après un instant.
    Au fur et à mesure de ses pas, il sentait ses pieds s'enfoncer dans le sable. S'il fallait courir, ce ne serait pas chose aisée, il en avait déjà fait l'expérience. Sauf que sa condition était différente, les rôles étaient inversés : autrement dit, là, il n'allait pas être le prédateur. Du moins, en apparence. Il n'aimait être chassé, et tent(er)ait par tous les moyens de retourner la situation à son avantage.

    "Au fait, tu ne m'as dit comment je devais t'appeler. Tu dois bien avoir un nom ?"

    Ses paroles étaient sincères, bien qu'il ne demande que rarement les noms des gens. Là, la situation était différente. Même si on ne devait pas lui demander souvent, à part pour le crier quand elle faisait son travail...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 9 Juin - 15:29


❝S
ans attendre tu venais de tout lui avouer, enfin ce qui avait de l’importance en ce moment même si bien que tu continuais de trembler de rage et de peur, laissant ton corps aussi faible qu’une feuille qui tombe de son arbre, alors que ton âme devenait de plus en plus forte, maintenant libérer par toute cette folie humaine que tu haïssais. Si bien que tu ne savais plus quoi faire, suivre ta promesse et aller jusqu’aux portes du dôme ou bien prendre les jambes à ton cou et rentrer chez toi pour te cacher dans un coin et trembler en oubliant toute cette histoire de fous à l’aide de substance illicite. « Évidemment. » Entendis-tu de la part de ton ancien client, si bien que tu sortis rapidement de ta stupeur et que tu te réveillas comme si tu participais à une course contre la montre, devant ainsi rejoindre rapidement l’entrée du dôme. « On a plus de temps… » Lâchas-tu silencieusement en frottant du pied le sol mou et rouge, alors que tu tournais le dos pour faire face à ce monstre d’acier géant qui était beaucoup trop imposant à ton gout. « Je suis persuadé qu'on trouvera au moins un truc intéressant là-bas. » Tenta-t-il de te convaincre en posant sa main sur ton épaule. Tu pinçais les lèvres au contact de la paume de main noire et humide du jeune homme contre ta peau, une chose qui te révulsait, si bien que tu te défis rapidement ce contact en lâchant un petit bruit comme s'il signifie un oui, même si tu n’en pensais pas tellement la même chose. « Alors ? Qu'est-ce qui nous attend plus loin ? » Te demanda-t-il curieux, tandis que comme à l’unisson vous vous remettez à marcher vers le monstre à la gueule béante. « Ou qu'est-ce qu'il m'attend, moi ? » Rectifia-t-il après ton silence pesant, mais pour autant il n’avait pas tort, si bien que tu ne savais pas tellement par où commencer dans cette folie humaine.

Tu attendis encore avant de répondre, marchant dans la terre molle et rouge, t’enfonçant quelque peu à chaque fois que tu faisais un pas de plus dans ce désert mort, tu sentais tes forces sortir de ton corps à cause de cette journé de merde tu risquerais peut-être de quitter ce monde sans avoir migré vers le sud et vers l’océan pour partir vers un autre monde et enfin remettre le monde à au normal. « Des choses pas jolies. » Lâchas-tu sans tant rendre compte, alors que tu étais perdu dans tes propres pensés. « Des hommes assoiffés de sang, aussi fou que des chiens ayant la rage et armée jusqu’aux dents, jamais il ne laisse rentrer quelqu’un dans cette enceinte. C’est comme si c’était une prison imprenable et d’où personne ne peut en sortir… Enfin non. On y sort, mais on n’est plus jamais le même. Sache juste que c’est loin d’être ce que tu penses. C’est un monde glacé, comme les lames de tes couteaux, où le sang coule sur les murs. La mort, mais plus franchement, tu devras trouver un objet long et cylindrique, que tout le monde porte à sa bouche, c’est une bouteille d’oxygène, tu devras en porter une jusqu’à ce que l’air remarche à l’intérieur, mais avant t devras rentré dans cette prison et l’entrée que je connais n’est pas la plus belle qui soit… » Lui parlas-tu franchement en gardant le regard loin devant toi, les yeux perdus dans l’immense vide gris qui recouvrait totalement la surface circulaire ce monstre sortant de terre, quelque peu caché par les ruines de l’ancienne ville de Londres qui semblait bien fade et minuscule par rapport à cette chose, ainsi en continuant à marcher tu étais encore perdu dans tes pensées. « Au fait, tu ne m'as dit comment je devais t'appeler. Tu dois bien avoir un nom. » Entendis-tu encore une fois cette même voix qui parlait dans ton dos, te demandant ce coup-ci quelque chose de fort étrange et de bien personnelle qui n’avait rien à faire ici et en cet instant. « À quoi bon demandé mon nom ? Franchement je suis qu’une pute qui a eu le malheur de te rencontrer pendant qu’elle bossait et qui maintenant se retrouve sur la route de son pires cauchemars… » Râllas-tu longuement en approchant les ruines et en t’enfonçant dedans, entrant dans l’ossature d’un vieux bâtiment mort depuis bien trop longtemps. « Jö ça devrait suffire. » L’informas-tu quand même en grimpant le plus haut possible pour avoir un bon point de vue vers Genesis. « Grimpe sinon je ne pourrais pas te montrer par où il faudra passer ! » Parlas-tu froidement en tendant ta main, avant de te rétracter et de continuer à monter vers un perchoir où tu scrutais l’horizon pour voir l’entrée des canalisations.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Ven 15 Juin - 20:58

    "On a plus de temps..." avait lâché la femme qui l'accompagnait, ce qui ne fit qu'accroître la peur qui prenait l'estomac et maintenant la gorge d'Amddiffyn. Cependant, il ne broncha pas. Seul un bruit rauque s'échappa de sa gorge.

    "Des choses pas jolies." Ca n'annonçait rien de bon. "Des hommes assoiffés de sang, aussi fou que des chiens ayant la rage et armée jusqu’aux dents, jamais il ne laisse rentrer quelqu’un dans cette enceinte. C’est comme si c’était une prison imprenable et d’où personne ne peut en sortir… Enfin non. On y sort, mais on n’est plus jamais le même. Sache juste que c’est loin d’être ce que tu penses. C’est un monde glacé, comme les lames de tes couteaux, où le sang coule sur les murs. La mort, mais plus franchement, tu devras trouver un objet long et cylindrique, que tout le monde porte à sa bouche, c’est une bouteille d’oxygène, tu devras en porter une jusqu’à ce que l’air remarche à l’intérieur, mais avant t devras rentré dans cette prison et l’entrée que je connais n’est pas la plus belle qui soit… "

    Suite à ces paroles plus qu'inquiétantes - d'autant plus qu'elles étaient vraies - le jeune homme ne put s'empêcher de ravaler sa salive, comme si ça allait changer quoi que ce soit aux papillons qui lui tiraillaient le ventre. Il ne réussit pas à répondre, peut-être parce que la boule qu'il avait dans la gorge l'en empêchait, ou bien parce qu'il ne trouvait pas ses mots en l'instant. Elle eût le temps de lui répondre :
    "À quoi bon demandé mon nom ? Franchement je suis qu’une pute qui a eu le malheur de te rencontrer pendant qu’elle bossait et qui maintenant se retrouve sur la route de son pires cauchemars…"

    "Comme tu veux... j'aurais trouvé ça plus facile pour s'appe.."

    "Jö ça devrait suffire." le coupa-t-elle soudainement. Il acquiesça d'un signe de tête, signe qu'il avait bien entendu, et la suivit dans les ruines d'un ancien bâtiment. Elle lui lâcha d'un ton glacial de grimper, sous entendant qu'il était trop lent, probablement. Il ne se fit pas prier, et escalada habilement les gravas et murs.

    "Eh bah..." souffla-t-il une fois qu'il avait rattrapé la jeune femme. Etait-ce la vue qui était impressionnante ? Ou bien était-ce parce qu'il était trop angoissé pour réussir à dire autre chose ? Les deux. Sûrement.

    "Tu sais..." commença-t-il d'une voix qui se voulait assurée. Il chercha ses mots pendant quelques secondes, puis reprit : "Si je vois que c'est trop dangereux pour moi, je ne m'aventurerai pas plus loin." Il savait qu'elle se fichait bien de savoir ça, mais ces paroles ne lui étaient pas réellement destinées. "Dans tous les cas, tu auras ton dû." l'assura-t-il.

    Il regardait au loin, et observait ensuite un endroit de ferrailles grises.

    "C'est quelque part là-bas que je vais rentrer ? Ca m'étonnerait, vu comme tu m'as décrit l'endroit, qu'il y ait un seul passage pour y aller..." demanda-t-il, sans quitter les canalisations des yeux. Pessimiste, peut-être pas. Réaliste, oui. Après tout, ce qu'elle avait dit et ce qu'il en avait entendu toute sa vie, ce dôme devait renfermer d'horribles créatures.

    "Tu restes ici, toi, c'est ça ?" la questionna-t-il, cette fois-ci en la regardant elle. "Je ne m'attarderai probablement pas longtemps, de toute façon. Encore faut-il que j'arrive à y rentrer, que je puisse y respirer, et surtout en ressortir. Mais je pense trouver des choses à revendre, c'est obligé." s'assura-t-il lui-même, préférant y aller avec de la volonté. Après tout, il n'allait pas abandonner maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Sam 16 Juin - 12:28


❝C'
était rare les gens qui te demande un prénom, le tient qui plus est, mais ce qui était encore plus rare, c’est que tu donnais vraiment le tien, enfin même si ce n’était que deux lettres, tu n’avais pas tellement un nom qui se fond dans la masse, c’était parfois un problème et parfois non. Enfin tu savais qu’il n’y avait pas de grande chance qu’il s’en sorte vivant, si bien que dès qu’il ne serait plus dans ton champ de vision tu prendrais les jambes à ton cou et tu rentrerais chez toi pour retourner à tes petites habitudes. « Eh bah... » Te souffla-t-il alors que tu grimpais encore un peu plus pour atteindre le haut des ruines et qu’il te rejoignait sur ton perchoir, tu lâchas un « hum » vulgaire à souhait qui ne voulait rien dire et qui en même temps voulait tout dire, c’était la magie des petits bruits, bien étrange, mais qui parfois éviter de faire des si malgré bien long et qui ne sert jamais à rien. « Tu sais... » Commença-t-il d’une voix bien haute et portante, avant de s’arrêter net et de chercher ses mots, si bien que tu en profitais pour lâcher un non, juste avant qu’il reprenne. « Si je vois que c'est trop dangereux pour moi, je ne m'aventurerai pas plus loin. » Continua-t-il enfin sans vraiment te parler, malgré tout tu t’en fichais pas mal, puisque tu allais rester bien tranquillement dans ton perchoir, alors que lui irait très certainement droit devant sa mort. « Dans tous les cas, tu auras ton dû. » T’assura-t-il tant bien que mal comme s’il voulait absolument que tu restes là où tu étais, avant de regarder l’endroit que tu lui avais indiqué, les canalisations par un simple geste de la main. « Ah ! Au fait, j’aurais besoin d’une bonne lame pour le futur si tu pouvais m’en trouver une, car pour ce que j’ai prévu plus tard la mienne ne tiendra jamais le coup… » Lui demandas-tu d’une voix un peu plus douce presque mielleuse afin d’obtenir ce que tu voulais.

Tu abandonnas quelque peu l’idée qu’il te rapporte une arme blanche dans toute cette histoire et tu retournas sur l’idée de lui montrer l’entrée de la canalisation, qui se trouvait assez loin de la grande porte mécanique, par-là où tu étais sortis il y a quelque temps aux parts avant, si bien que tu ne parlais pas et que tu pointais longuement du doigt, si bien que tu commençais à être perdu dans tes pensées. « C'est quelque part là-bas que je vais rentrer . Ça m'étonnerait, vu comme tu m'as décrit l'endroit, qu'il y ait un seul passage pour y aller... » Te demanda-t-il presque inquiet si bien que tu hochas la tête de bas en haut et de haut en bas, mais un peu dans le vide puisque le regard du jeune homme était complètement attiré vers l’endroit en question, si bien que tu devais parler pour ne pas hocher de la tête dans le vide. « Hum, oui. C’est l’endroit qui en temps normal est le moins surveiller, alors vu qu’il n’y a plus d’électricité à mon avis la moitié des militaires va partir à l’intérieur de la ville pour trouver le coupable et puis pour calmer la population et l’autre va surveiller les points vitaux du dôme et aussi la grande porte. C’est une vraie puanteur les canalisations, alors avec la chaleur tu ne risques pas de voir un seul garde dans les parages c’est pourquoi je t’ai donné un truc pour te protéger le visage, mais après faudra te débrouiller à l’intérieur… » Lui expliquas-tu rapidement en montrant à chaque fois de quoi tu parlais, comme si tu te souvenais d’un coup de toute ton ancienne vie dans le dôme en tant que scientifique attaché dans la cellule de crise, mais une chose que personne ne prenait en compte à cette époque c’était la peur des gens, qui changeait à tout jamais les systèmes et les données. « Tu restes ici, toi, c'est ça. » Te questionna-t-il encore une fois si bien que tu lâchas un long oui dans un énorme soupire, avant qu’il continue encore une fois ces longues tirades. « Je ne m'attarderai probablement pas longtemps, de toute façon. Encore faut-il que j'arrive à y rentrer, que je puisse y respirer, et surtout en ressortir. Mais je pense trouver des choses à revendre, c'est obligé. » Rabâcha-t-il encore une fois, comme s’il se répétait en long ou en large ou bien comme s’il voulait absolument te faire comprendre une chose inutile. « Oui ! C’est bon j’ai compris, alors grouilles-toi maintenant de partir là où je t’ai dit sinon tu vas arriver en retard et tu ne pourras rien faire. Ne t’inquiète pas moi je reste assise ici bien tranquillement et puis si quelqu’un me chope je laisserais mon foulard accrocher en haut et je prendrais mes jambes à mon cou. Ça te va. » Rabâchas-tu de long en large encore une fois, avant de venir prendre position sur une barre en acier un peu plus confortable t de t’y asseoir avant de tendre ton bras vers le jeune homme afin de lui faire comprendre qu’il devait se dépêcher le plus rapidement possible afin qu’il ne se retrouve pas au pied du mur. « Bon c’est pour maintenant, ou pas. » Lui aboyait presque méchamment en gardant ton doigt pointer dans sa direction, le regard noir et les sourcils froncés.

Revenir en haut Aller en bas
Amddiffyn Anobaith
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 70
♕ Immunités : 66
♕ Date d'inscription : 06/05/2012
☆ Logement : Stomach House
☼ Situation : Célibataire

Matricule
Numéro de matricule:

MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   Lun 13 Aoû - 11:38

    "Ah ! Au fait, j'aurais besoin d'une bonne lame pour le futur si tu pouvais m'en trouver une, car pour ce que j'ai prévu plus tard la mienne ne tiendra jamais le coup..." lui demanda-t-elle d'une voix avec laquelle elle devait obtenir pas mal de choses. Que voulait-elle faire avec ? Couper la viande dure d'un mamouth ? Aucune idée, et de toute façon, il s'en fichait bien. Il la lui récupérerait, ce qu'elle en ferait après, ce n'était pas son problème. Du moins il l'espérait.
    Il acquiesça donc d'un geste machinal, les yeux rivés sur les canaux. Il écouta la jeune femme parler :

    " Hum, oui. C’est l’endroit qui en temps normal est le moins surveiller, alors vu qu’il n’y a plus d’électricité à mon avis la moitié des militaires va partir à l’intérieur de la ville pour trouver le coupable et puis pour calmer la population et l’autre va surveiller les points vitaux du dôme et aussi la grande porte. C’est une vraie puanteur les canalisations, alors avec la chaleur tu ne risques pas de voir un seul garde dans les parages c’est pourquoi je t’ai donné un truc pour te protéger le visage, mais après faudra te débrouiller à l’intérieur… "
    Ses yeux s'ouvrirent un peu plus grands, signe qu'il avait compris, mais aussi par angoisse.

    "D'accord..." chuchota-t-il. A vrai dire, il se sentait presque rassuré, étant donné que la prostituée était du genre pessimiste, ses paroles semblaient plutôt encourageantes. Du moins, il tentait de s'en convaincre.

    "Oui ! C’est bon j’ai compris, alors grouilles-toi maintenant de partir là où je t’ai dit sinon tu vas arriver en retard et tu ne pourras rien faire. Ne t’inquiète pas moi je reste assise ici bien tranquillement et puis si quelqu’un me chope je laisserais mon foulard accrocher en haut et je prendrais mes jambes à mon cou. Ça te va." lâcha-t-elle avec agacement comme pour l'expédier.
    Amddiffyn ne releva pas le ton qu'elle avait pris, et répondit juste par un "OK". Et alors qu'il s'apprêtait à partir, se préparant mentalement, Jö visiblement en colère lui râla dessus pour qu'il s'en aille.
    Il secoua alors la tête tout en soupirant, et redescendit des ruines en quelques sauts à peine, pour atterir sur le sable. La poussière n'eût même pas le temps de retomber que le jeune homme s'en était déjà allé. Il s'engouffra dans l'entrée suintante, son foulard et son masque le protégeant, sans se retourner, ne sachant alors pas si la demoiselle était encore là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞   

Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Un boulot non payé ▬ Amddiffyn Anobaith ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Genesis :: Event ▬ La ville dans le noir :: Apocalypse-