Partagez | 
 

 Au rapport [Hawk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Engel Fürhmann
XY WS00M 38A
avatar


♕ Messages : 88
♕ Immunités : 51
♕ Date d'inscription : 12/05/2012
☆ Sexe : Masculin
☆ Métier : Général de l'armée de Terre.
☆ Logement : Chambre du Général.
☼ Situation : Divorcé. Volage. Satisfait.

MessageSujet: Au rapport [Hawk]   Sam 4 Aoû - 22:44

12h15

Panique. Panique partout. Etait-il dans une zone militaire ou dans une nurserie ? Engel entendait les bruits de cavalcade des crétins infoutus de garder leur sang-froid. Bande de lavettes dégénérées. Étaient-ils des militaires ou des petits pisseux ? Il dû hausser la voix et attendre cinq bonnes minutes avant de pouvoir trouver un de ses hommes suffisamment compétent pour lui expliquer la situation. Et encore. Compétent par rapport à ses autres camarades. Inutile d’espérer grand-chose d’autre qu’une voix tremblante et affolée.
Une coupure générale de courant hein ? Voilà qui n’était pas bon. Pas bon du tout. Ça sentait le coup foireux fomenté par la Résistance. Encore et toujours ces petits cons. Il fallait agir vite.

Saisissant son arme, il n’avait qu’une seule chose à faire pour le moment : Tirer les oreilles de ses subordonnés. Gueuler un bon coup pour leur remettre les pieds sur terre. Mais avant, il avait besoin d’un rapport précis, clair et détaillé sur l’état de la base, et pas un discours embrouillé et malhabile de la part d’une nouvelle recrue incapable d’aligner plus de deux mots en flippant et en baragouinant une histoire d’oxygéne. La remarque avait valu à l’homme la joyeuse insulte de « pauvre chiffe-molle pisseuse » de la part de son général suivit d’un beuglement lui intimant de se la fermer, de retrouver les couilles qui lui étaient tombées du froc, et de partir vérifier si la base était sécurisée.

Marchant avec rapidité à travers les couloirs plongés dans l’obscurité, Engel réquisitionna la lampe de poche d’un de ses hommes, voulant se diriger vers la tour de contrôle. Mais avant cela, il allait devoir former des groupes pour passer la base au peigne fin et traquer le moindre personnage suspect incapable de répondre au sacro-saint rituel d’identification. Voire même plus. Pas fichu de sortir nom, prénom, grade et matricule dans les cinq secondes ? Droit de tirer à vue sans sommation. Voilà comment ça finirait. Engel, malgré son célèbre côté bourru et rude, n’était pas la moitié d’un imbécile – jamais il ne serait arrivé à un tel grade dans le cas contraire – aussi ne se faisait-il pas d’illusion : Ce qu’ils subissaient tous en cet instant n’était surement rien d’autres qu’une stratégie des résistants. En conséquence, il était facile d’imaginer qu’ils avaient quelque chose derrière la tête. Montrer que les habitants du dôme étaient complément et totalement dépendant de ses infrastructures ? Certes, ce n’était pas nouveau, et donc ? Non, il devait y avoir quelque chose d’autre derrière cette opération. Quelque chose de plus grand, de plus ambitieux, de plus dangereux et déplaisant. De plus chiant pour lui également. Car s’il y avait bien une personne à qui l’on mettrait sur le dos toutes les fautes et erreurs commises, au cas où les rebelles réussiraient un coup d’état, c’était lui. Bien sûr, Engel, considérait que, lui vivant et toujours aux commandes de l’armée terrestre, jamais ces foutus salopiauds ne réussiraient quoi que ce soit. Tout de même. Fallait pas déconner. Mais il avait pour principe de toujours envisager toutes les éventualités. La prudence était la clé de la réussite.

Aussi prit-il pour résolution de prendre les choses en mains avant toute chose, comme son grade le lui obligeait. D’autant plus qu’il se doutait qu’une fois que les communications seraient rétablies – il avait d’ailleurs donné l’ordre que ce soit là une priorité – les grosses huiles du dôme ne mettraient pas bien longtemps avant de se jeter sur lui comme des vautours sur une charogne, piaillant pour des explications, gémissant pour qu’on les sorte de cette merde, et gueulant que l’armée n’était qu’un ramassis d’incapables. Bande de cons va.

Oui, Engel insultait à l’avance. Il anticipait.

Mais avant toute chose, il avait besoin qu’une personne calme et possédant une capacité de réflexion plus élevée que celui d’une moule neurasthénique ne lui face un compte-rendu posé de la situation.

- Hé ! Toi là-bas !

Il avait justement hélé quelqu’un qui sembla correspondre à cette description. Du moins l’espérait-il. Braquant la source de lumière vers la recrue, il aperçut le visage féminin et la poitrine presque inexistante. Bah. Autant être honnête, quand il s’agissait de son boulot, Engel n’avait plus rien à foutre de ce qu’il avait en face de lui. Homme, femme, escargot, c’était du pareil au même. Ils étaient des soldats. Et celui-ci, rien que par sa posture indiquant un sang-froid certain, semblait valoir plus que la plupart des autres ici présent. Le général baissa légèrement la lampe afin de ne pas l’éblouir.

- Au rapport ! Je veux savoir ce qu’il se passe ici, et ça a intérêt à être clair et concis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shrapnel Hawk
XX WS00M 36A
avatar


♕ Messages : 39
♕ Immunités : 42
♕ Date d'inscription : 07/05/2012
☆ Sexe : Féminin
☆ Métier : Mais je sais que j'y suis !
☆ Logement : Effectivement, l'oge est un menteur.
☼ Situation : Je l'ai, et j'ai même déjà fait la blague.

MessageSujet: Re: Au rapport [Hawk]   Mer 3 Oct - 14:53

Spoiler:
 


Back to the front
You coward, you servant, you blindman


« Pfiouuu. Vraiment tarée cette bonne femme ! J'savais pas qu'on avait des gens comme ça chez nous. Ça fait un peu flipper... »

Shrapnel parlait toute seule. En fait, elle marmonnait, grommelait, baragouinait, elle aurait même balbigugrafié si le mot avait existé (la blague n'est pas de moi) toute seule, longeant les couloirs d'un pas pressé. Sa bombonne de gaz était décidément très lourde. En fait, elle prenait du poids à chaque pas que faisait la soldate, cette bougresse. Enfin, c'est l'impression qu'elle donnait. Shrapnel n'avait de cesse de la replacer dans ses bras fins, forçant sur ses muscles entraînés mais fatigués.

« Bon, ça fait un peu chier, ce truc. » finit-elle par soupirer en s'accordant une pause. Oui parce que ça faisait un moment qu'elle marchait. Qu'elle marchait... Qu'elle marchait. Le fait est qu'elle ne savait pas où elle devait aller. Jusqu'ici, elle s'était contentée de prendre les couloirs susceptibles de la mener vers la sortie mais elle ne savait même pas si c'est bien ce qu'elle devait faire. Elle se faisait régulièrement doubler, passer devant, bousculer, queuedepoissonner par d'autres militaires, équipés en bombonnes pour certains mais elle les perdait toujours bien vite de vue. Pas envie de se dépêcher. Pas trop. De toute façon, elle avait de l'oxygène, maintenant, alors son but premier, c'était surtout de s'éloigner du méga-flippant Capitaine Lackshaman. Adossée à un mur, tentant de reprendre son souffle, la bombonne coincée entre ses jambes, Hawk poussa un long soupir. Quelle journée pourrie, sérieux.

Alors qu'elle repassait en revue toutes les étapes de sa journée pourrie, Shrapnel put entendre des pas bien moins rapides que les autres. Ça ressemblait à la cadence du Capitaine Lackshaman, d'autant qu'avec ses facultés supra-bioniques, elle n'avait sûrement pas besoin d'oxygène et se balader dans les couloirs pour terroriser les nouvelles recrues alors qu'elles étaient en pleine panique, c'était bien son genre. Le soldat Hawk sentit monter en elle une angoisse certaine. Elle se pencha donc pour reprendre sa bombonne en main et poursuivre son chemin. Un cercle lumineux apparut alors sur un pan de mur parallèle, annonçant l'arrivée d'une lampe-torche et donc de quelqu'un au bout de la lampe-torche : Shrapnel ralentit instinctivement sans pour autant s'arrêter.
Enfin si, elle s'arrêta. Tout le monde s'arrête quand il entend "Hé ! Toi là-bas !". Donc la soldate s'arrêta. Elle reconnu aisément une voix masculine, ce qui la rassura malgré le ton de l'interpellation qui n'avait sûrement pas pour but de lui faire remarquer à quelle point elle était la plus belle femme qu'il n'avait jamais vu. Elle tourna la tête dans la direction du militaire en plissant les yeux, attendant de pouvoir le distinguer un peu mieux. Oh, un ours. Enfin, une armoire à glace. Un truc humanoïde géant de deux fois la largeur de la soldate, avec au dessus un visage balafré, un cigare entre les dents et un regard de tueur. P'têt bien qu'elle aurait préféré le Capitaine Lackshaman, la cocotte. Quoi que les femmes, c'est les pires.
Pour ne rien arranger, le bonhomme lui ordonna de faire un rapport sur le champs, cash, direct, allez hop, je ramasse dans une heure. Hawk tenta de garder son sang froid mais eut un peu de mal à déglutir.

** Meeerde, mais t'as vraiment la poisse ! ** songea-t-elle avant même de commencer à réfléchir à ce qu'elle allait dire. Non, il fallait pas réfléchir. Parle !
Jetant son regard sur le côté, comme pour regarder qui était en train d'arriver par le couloir perpendiculaire (sauf qu'il n'y en avait pas), la jeune femme déclara :

« Soldat de première classe Hawk au rapport : un message du ministre ordonnant à tous les citoyens du Dôme de se munir de bombonnes de gaz dans les vingt minutes qui suivaient a été retransmis il y a environ... Dix minutes. Et je pense qu'il n'y en a plus énormément, Monsieur. » C'est tout ? Ouais, c'est tout. P'têt pas la peine de préciser que toutes les tarlouses en treillis du coin sont en train de flipper leur race et que c'est pour ça que ça pigne de partout dans les couloirs. Vu qu'il le sait sûrement déjà. Ça passe pas inaperçu, généralement.

Shrapnel n'avait pas encore tout à fait retrouvé un rythme respiratoire serein et le discours qu'elle venait de sortir, sans respirer une seule seconde, ne l'aidait pas. Elle prit donc une profonde inspiration, histoire de se calmer, au risque de paraître ridicule... Et puis elle espéra que le grand Monsieur serait satisfait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au rapport [Hawk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Genesis :: Event ▬ La ville dans le noir :: Base Militaire-