Partagez | 
 

 Nathan Orwell o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan Orwell
YY YYYY YYY
avatar


♕ Messages : 11
♕ Immunités : 30
♕ Date d'inscription : 21/04/2012
☆ Sexe : Masculin
☆ Métier : Fermier ^^"
☆ Logement : Ferme en périphérie de la ville
☼ Situation : Célibataire

MessageSujet: Nathan Orwell o/   Mar 29 Mai - 1:59


Nom prénom : Orwell, Nathan
Surnom : Nate
Sexe : Masculin
Age : 22 ans
Emploie : Fermier
Situation : Célibataire?
Orientation Sexuelle : Hétérosexuel
Groupe : Sauvage
Code : A33G07

Particularité : Il semble toujours porter ces étranges lunettes d'aviateur, qui sont un cadeau de son père.
Phobie : Le feu, car un simple incendie mettrait en ruine toute sa ferme, donc toute sa vie.

Aime : La paix, tout simplement.
N'aime pas : Les militaires et les gens en général, tout ceux qui ne lui sont pas proche du moins.


©rédit :
Age : Ça peut changer xD
Pays : Canada
Double compte : Yes o/
Avatar : Gareki de Karneval
Connexion /10 : 8/10?
Comment avez-vous connu le forum : Je connais la très chère et magnifique créatrice \o/
Commentaire : Holà o/

Mon histoire a commencée sur une colline. Une simple colline, loin derrière la maison de mes grands-parents, j'y étais assis et je regardais le ciel, du haut de mes 11 ans. Mes grands yeux observaient les nuages qui défilaient à grande vitesse, dû au vent assez présent en cette froide journée de fin d'octobre. J'ignore encore pourquoi, mais ce jour là, j'étais captivé par l'immensité du ciel qui survolait nos tête. Bien entendu, la vision de celui-ci était légèrement brouillée dû à la pollution ambiante qui couvrait notre petit village de sauvages depuis bien des années de cela. Il semblait que tout était moins clair, tout était assombri et incroyablement terne. Le soleil ne brillait pas, seul le vent animait le paysage. Plus loin, tout en bas de la colline, se trouvait la ville, abriter sous le dôme. Cette simple vision me déplaisait, alors je préférais plutôt regarder le ciel, qui semblait plus accueillant, moins déprimant. Jamais je n'aurais cru que cette journée là, avec la noirceur matinale et le vent froide, arriveraient une nouvelle encore plus désolante.

Mes grands-parents avaient cette ferme, ils l'ont encore aujourd'hui d'ailleurs, qui devait bien faire plusieurs hectares de longs et de large. Ils vivaient avec mes parents, ainsi que moi, leur fils unique. En outre, c'était l'harmonie, bien que mon père trouvait que son père à lui était un peu toqué, à toujours vouloir faire des expériences. Supposément que ces-dernières aideraient a prouver que l'air n'était pas aussi polluée que certains citoyens de l'intérieur le laissait entendre. Il y travail encore aujourd'hui, n'ayant toujours pas trouvé la solution miracle. Bref, mes parents étaient tous deux des pilotes qui s'était donner pour mission de protéger notre village de sauvage. Cette journée là, alors que le vent froid sifflait dans les arbres vieillissants, mes parents son venus me rejoindre sur la colline. Ils m'ont parlés longuement d'à quel point ils m'aimaient, d'à quel point ils voulaient que je survive dans ce monde de fou. Après quoi, ils ont tournés les talons et sont retournés à la maison, où un camion les attendaient pour les emmener au front. Je leur ai dis au revoir, les ayant déjà vu partir avant, pour l'une de leur longue mission. Sauf que cette fois-ci, je ne les ai plus jamais revu... Quelques semaines plus tard, aucun signe de vie. Un vieil ami à mon père est venu nous informer de leur disparition. Ma grand-mère, bien évidement, s'est mise à pleurer sans pouvoir s'arrêter, et mon grand-père la consola du mieux qu'il pouvait. Quand à moi, dans mon petit esprit de gamin de 11 ans, je pris en considération le terme "portés disparus". Je conservais la lettre avec moi et la gardais dans ma chambre, dans un coffre que je m'étais mis de côté. Il contenait, et contient toujours, une quantité assez impressionnantes de souvenirs. De babioles qui appartenaient à mes parents, ou de simples lettres ou articles de journaux que j'avais trouvé intéressants.

Et me voila, 11 ans plus tard, à encore croire que mes parents reviendront. À encore espérer qu'un jour je les verrais de nouveau passer le portail de la cours, que je les verrais me sourire comme dans le temps... Mais pour l'instant, je me contente de faire ce qu'il m'avait demander, prés de 12 ans plus tôt. Je devais survivre dans ce monde de fou, et ce à tous les prix, pour leur honneur. Alors j'ai grandis en tant que fermier, mon grand-père me faisant amplement confiance sur la ferme. Ils sont trop vieux pour pouvoir s'occuper de tout tout seuls, alors je les aide dans les travaux lourds et dans l'entretiens des machines agricoles. Oui, c'est sur qu'un meilleur avenir pourrait s'offrir à moi, mais mon but est principalement de survivre, dans ce monde de fou.

De quoi j'ai l'air...? Bon ok, je fais parti de la classe de gens qui n'ont pas de forts revenus, et je vis principalement des produits que je cultive, mais j'ai quand même assez de classe pour avoir un miroir, pitié! Commençons pas mon corps en général. Oublions mes nombreuses coupures et cicatrices, je me les ai faites en travaillant, et concentrons nous plus sur les parties moins amochées de mon être. Tout d'abord, je suis mince, grand et svelte. Musclé, certes, mais c'est principalement parce que je travail beaucoup. Mince parce que, en comparaison au nombre d'heures que je passe à l'extérieur à forger mon corps, je ne mange pas beaucoup. Et grand simplement parce que j'ai une bonne génétique à ce niveau. Mon père mesurait dans les environs du 185 cm, et je baigne aussi dans ces eaux. Donc on peut dire 185 cm pour environ 70kg.

Ma peau est quelque peu mate, avec des reflets bronzés, ce qui est, encore une fois, dû au fait que je travail beaucoup à l'extérieur. Mes cheveux vont beaucoup avec mon teint, ce qui est une bonne chose, sinon j'aurais l'air bizarre, à mon avis. M'enfin bref, mes cheveux sont d'un noir ébène assez prononcé, sans toutefois aller vers les tons de bleus. Ils sont juste noirs, au reflets grisés de temps en temps, surtout quand ils sont au soleil. Mes yeux, quant à eux, sont d'un simple brun dorés. Mes grands-parents disent souvent que c'est une bonne chose que j'ai au moins cette caractéristique de ma mère, ou sinon je ressemblerais à mon père comme deux gouttes d'eau. Mon visage est d'un ovale, plus pointu au niveau du menton. J'ai un nez harmonieux, et bla bla bla, je vous épargne les détails. On passe à autre chose?

«Grandi un peu Nate, sinon tu bas encore être comme un gamin, même à 50 ans» est surement l'une des phrase que ma grand-mère me répète le plus souvent. Oui, je suis un éternel gamin dans le corps d'un jeune homme de 22 ans. J'aime beaucoup courir, sauter, bouger, ça me stimule, me fais réaliser que, Hey!, je suis encore en vie, et qu'il faut que j'en profite. «Relaxe, donne toi un moment de pause de temps en temps!». Comme je disais, je suis incroyablement énervé. Il le faut après tout, mon job me demande beaucoup d'énergie. Toutefois, je prend souvent des moments, surtout en fin de soirée, pour mes reposer, prendre du bon temps. Je vais parfois livrer des messages de la part de mon grand-père, à l'un de ses vieux amis et collègue. Bien que je sois une personne très posée d'ordinaire, quand il s'agit de blesser une personne innocente, je deviens assez violent. Ah oui! Aussi, je suis un grand fan des femmes, mais je ne m'attache jamais à une en particulier. Je suis social, bien sur, mais je préfère garder le silence. La parole juste, c'est la clé pour moi.

Que penses-tu du dôme ?
- Ce qu'il en pense? Nathan n'a jamais vraiment porté beaucoup d'attention a ce qu'il pensait. Il est trop occupé à agir au lieu de réfléchir. Toutefois, s'il y a une chose sur cette Terre maudite dont il est certain, c'est que les dômes sont les pires abominations qui n'ait jamais été faites par l'homme. Un système de contrôle d'information, d'extreme socialiste et de manipulation par le biais de propagande et de discours mensongers. Non, il n'a pas en haine les dômes en tant que tel, mais bien les gens qui y vivent, cloitrer comme des rats, croyant qu'ils vivent au dessus de leurs moyens, ne se souciant même pas que dehors, là où le jeune fermier vie, se trouve des gens qui meurent tous les jours, des gens qui soufrent. Mais, eux, les gens de l'intérieur, que savent-ils réellement de la vie? Que savent-ils des horreurs qu'il y a dans ce monde, autant à l'intérieur qu'a l'extérieur de ces grandes cloisons? Ils vivent dans leur havre, leur paix et croient tout savoir. Et pourtant, et le jeune fermier le sait, qu'aucun d'entre eux ne serait capable d'imaginer la vie d'en dehors. Le paysages s'étant sur des milliers de kilomètres sur du désert, juste après avoir passé devant les ruines de ce qui aurait un jour pu ressembler à une ville. Quoiqu'il en soit, notre jeune homme a vécu toute sa vie dans ce décor, redoutant encore plus ce qui se trouvait à l'intérieur que ce qui se trouvait, autour de lui, à l'extérieur...

***

8 heure du matin. Heure normale, heure propice pour aller au dôme. Nathan déteste aller en ville, simplement parce que l'endroit en lui seul le déprime plus que sa petite ferme isolée, en haut de la colline, faisant face à cet éternel... Rien. Bref, aller en ville, pour lui, représentait autant une corvée qu'un voyage pour découvrir les choses qu'il ne connaissait pas. Tout d'abord, l'électricité courante n'est pas une chose facilement accessible chez lui, ce pourquoi il est tout le temps fasciné par les nombreuses lumières qui éclairent les rues sombres de la nuit. Cependant, c'est le matin, donc il ne perdra pas de temps à tout voir et sortira du dôme au plus vite!

Il sortit du trou de canalisation qu'il emprunte toujours pour entrer dans cet enclos géant, puis tourne à gauche, comme d'habitude, pour tomber sur une rue assez simple et calme. Bon, tôt comme il est, c'est assez impossible qu'il y ait beaucoup de population qui se promène. Il y a tout de même quelques passants, qui le regarde comme s'il était sorti tout droit d'un trou de canalisation, ce qui n'est pas tout à fait faux, quand on y pense. Il doit faire avec ce qu'il a pour venir jusqu'ici, le message doit être livré en mains propres, avant 10h. 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Nathan Orwell o/   Mar 29 Mai - 16:59

Biennnnnvenue ! Ou pas x)

Ma québécois tu es validé ! :o

YY YYYYY YYY n'oublis pas de demander un rp et une habitation ! 8D

Participe aussi à l'évent :D
Revenir en haut Aller en bas
 

Nathan Orwell o/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet Genesis :: Genese :: Matricule :: ▬ Matricules Validés-